Un sondage révèle que la plupart des Juifs israéliens soutiennent l’apartheid

Une manifestante de droite arborant un panneau sur lequel on peut lire : « La terre d’Israël au peuple d’Israël » lors d’une manifestation de protestation en 2009. Photo : Emil Salman / Jini

La majorité de la population juive en Israël soutient l’établissement d’un régime d’apartheid en Israël au cas où l’État annexerait officiellement la Cisjordanie. Une majorité est explicitement favorable aussi à la discrimination envers les citoyens arabes de l’État, révèle un sondage.

Le sondage, effectué par Dialog la veille de Rosh Hashanah (1), dénonce les points de vue anti-arabes et ultranationalistes adoptés par une majorité des Juifs israéliens. Le sondage a été commandé par le Fonds Yisraela Goldblum du Nouveau Fonds pour Israël et il s’appuie sur un échantillonnage de 503 personnes interviewées.

Une manifestante de droite arborant un panneau sur lequel on peut lire : « La terre d’Israël au peuple d’Israël » lors d’une manifestation de protestation en 2009. Photo : Emil Salman / Jini
Une manifestante de droite arborant un panneau sur lequel on peut lire : « La terre d’Israël au peuple d’Israël » lors d’une manifestation de protestation en 2009. Photo : Emil Salman / Jini

Les questions ont été rédigées par un groupe d’activistes pour la paix et les droits civiques issus des milieux universitaires. Dialog est dirigé par Camil Fuchs, professeur à l’Université de Tel-Aviv.

La majorité du public juif interrogé, soit 59%, désire que les Juifs aient priorité sur les Arabes dans l’accès aux emplois au sein des ministères gouvernementaux. Près de la moitié des Juifs, 49%, désirent que l’État traite mieux les citoyens juifs que les citoyens arabes ; 42% ne veulent pas vivre dans un immeuble également habité par des Arabes et 42% ne veulent pas que leurs enfants soient dans la même classe que des enfants arabes.

Un tiers du public juif veut qu’une loi interdise aux Arabes israéliens de voter pour la Knesset et une large majorité de 69% refuse qu’on accorde le droit de vote à 2,5 millions de Palestiniens si Israël devait annexer la Cisjordanie.

Une très large majorité de 74% est favorable à des routes séparées pour les Israéliens et les Palestiniens en Cisjordanie. Un quart – 24% – croit que les routes séparées constituent « une situation saine » et 50% estime qu’elles constituent « une nécessité ».

Près de la moitié – 47% – désire qu’une partie de la population arabe soit transférée à l’Autorité palestinienne et 36% est favorable au transfert de certaines villes arabes d’Israël à l’AP, en échange du maintien de certaines colonies installées en Cisjordanie.

Bien que les territoires n’aient pas été annexés, la majeure partie du public juif (58%) croit déjà qu’Israël pratique l’apartheid à l’égard des Arabes. 31% seulement pense qu’un tel système n’est pas une force ici. Plus d’un tiers (38%) du public juif désire qu’Israël annexe les territoires dans lesquelles des colonies sont implantées, alors que 48% y sont opposés.sondage_oct2012

Le sondage établit la distinction entre les diverses communautés au sein de la société israélienne – les laïcs, les pratiquants, les religieux, les ultra-orthodoxes et les anciens immigrants soviétiques. Les ultra-orthodoxes, au contraire de ceux qui se disent pratiquants ou religieux, défendent les positions les plus extrémistes contre les Palestiniens. Une écrasante majorité (83%) des haredim sont partisans des routes séparées et 71% sont favorables au transfert [euphémisme « politiquement correct » pour désigner la déportation en masse des Palestiniens hors du territoire contrôlé par Israël – NDLR].

Les ultra-orthodoxes constituent également le groupe le plus hostile aux Arabes – 70% d’entre eux sont partisans de l’interdiction légale du vote pour les Arabes israéliens, 82% sont favorables à un traitement préférentiel des Juifs de la part de l’État et 95% sont pour la discrimination à l’égard des Arabes dans l’admission aux emplois.

Le groupe qui se range dans la catégorie des religieux est le second le plus hostile aux Arabes. Les nouveaux immigrés de l’ancienne Union soviétique sont plus proches, dans leurs points de vue sur les Palestiniens, des Israéliens laïques et sont beaucoup moins radicaux que les groupe des religieux et celui des haredim. Toutefois, le nombre de personnes de la communauté russe à avoir répondu « je ne sais pas » est plus élevé que dans tout autre groupe.

Les Russes enregistrent le taux le plus élevé de satisfaction à propos de la vie en Israël (77%) et les Israéliens laïques le taux le moins élevé (63% seulement). En moyenne, 69% des Israéliens sont satisfaits de la vie en Israël.

Il s’avère que les Israéliens laïques sont les moins racistes – 68% ne verraient pas d’objection à avoir des voisins arabes dans leur immeuble à appartements, 73% ne seraient pas dérangés par la présence d’étudiants ou d’écoliers arabes dans la classe de leurs enfants et 50% croient qu’on ne devrait pas discriminer les Arabes sur le plan de l’accès à l’emploi.

Le sondage indique qu’entre un tiers et une moitié des Israéliens juifs veulent vivre dans un État pratiquant une discrimination ouverte, officielle contre ses citoyens arabes. Une majorité plus large encore veut vivre dans un États d’apartheid si Israël annexe les territoires [palestiniens occupés].

Les gens qui ont fait le sondage disent que le terme « apartheid » n’était peut-être pas suffisamment clair pour certaines personnes interviewées. Cependant, celles-ci n’ont guère fait d’objection quand on leur a décrit Israël, aujourd’hui déjà, comme un État d’« apartheid », sans l’annexion des territoires. Seulement 31% ont émis cette objection et ont dit qu’« il n’y a pas d’apartheid du tout ».

Par contre, 39 pour 100 croient que l’apartheid est « pratiqué dans quelques domaines » ; 19% estiment qu’il l’est « dans de nombreux domaines » et 11% ne savent pas.

Les « Russes », comme le sondage les appelle, sont ceux qui s’opposent le plus à ce qu’on classifie leur nouveau pays comme un État d’apartheid. Un tiers d’entre eux – 35% – croient qu’Israël ne pratique absolument pas d’apartheid, comparés aux 28% des groupes laïque et ultra-orthodoxe, aux 27% des religieux et aux 30% des Juifs pratiquants qui partagent ce point de vue. En tout, 58% de personnes de tous les groupes croient qu’Israël pratique l’apartheid « dans quelques domaines » ou « dans de nombreux domaines », alors que 11% ne savent pas.

Finalement, on a demandé aux personnes interrogées si « une célèbre femme de lettres américaine qui boycotte Israël, prétendant que ce dernier pratique l’apartheid », devait être boycottée ou invitée en Israël. Environ la moitié (48%) des personnes interrogées ont dit qu’elle devrait être invitée en Israël, 28% n’ont pas suggéré de réponse et 15% ont appelé à la boycotter.


(1) fête juive célébrant la nouvelle année civile du calendrier hébreux

Article publié sur Haaretz le 23 octobre 2012.
Traduction pour ce site : JM Flémal.

Print Friendly, PDF & Email