Témoignage poignant de la soeur de Hana Shalabi

Hana Shalabi au moment de sa libération en octobre 2011, suite à l'accord d'échange de prisonniers. Israël ne respecte pas cet accord, comme elle ne respecte aucun accord : avec Hana, de nombreux autres prisonniers ont été arrêtés de nouveau.

Hana Shalabi en est aujourd’hui à son 31e jour de grève de la faim contre sa détention administrative.

Dans la vidéo ci-dessous, enregistré il y a 9 jours, le témoignage poignant de sa soeur Zahera, suivi de la traduction en français.

http://www.youtube.com/watch?v=IYkAHzRXT2k

Nous tirons notre force du peuple

« Hana, ma soeur, est une fille comme tout le monde. Elle est d’un abord facile. Elle aime rire, faire des blagues. Elle espérait s’inscrire à l’université, obtenir son permis de conduire. Et si elle rencontrait l’homme de sa vie, se marier.

Je suis sa soeur et je vis avec elle dans la même maison. Je sais, plus que n’importe qui au monde, plus que les Israéliens, plus que les arabes, qui est ma soeur. Nous sommes tellement attachées l’une à l’autre. Nous nous parlons tout le temps. Quand Hana s’en va, je n’ai personne à qui parler.

Parfois, la situation est triste et je commence à rire. Et je dis à ma mère :  je deviens folle. Je me dis qu’une montagne ne peut porter ce que nous portons. Nous vivons une vie qui ressemble à une fiction. Cela fait 22 jours maintenant et nous n’avons pas dormi. Le matin, la maison est pleine de gens. Je dis à ma mère que je m’en vais dormir cinq minutes. Et puis je me réveille de nouveau.

Je sens mon coeur qui est oppressé, oppressé, tellement oppressé. Mon coeur est blessé, il fait mal. Je sens mon coeur qui saigne et je sens ma soeur. Et je pense : je suis certaine que ma soeur est en train de se battre maintenant. Je la sens. Je sais qu’elle ne dort pas cette nuit.

Nous vivons dans un état permanent d’angoisse. Ma soeur est en train de mourir. Nous nous disons : soit ce sera la victoire, soit ce sera le martyr. Espérons que ce sera la victoire. Nous sommes ici en train de nous demander : est-ce que nous verrons Hana, ou est-ce nous ne la verrons pas ?

Je me dis : c’est un rêve. Je me réveille et je vois toutes ces affiches et je me dis : je suis en train de rêver. Mais non, je ne rêve pas. Je ne sais pas, nous nous sentons perdus. Mais notre moral est bon. Grâce à Dieu…

Quand j’entends des bonnes nouvelles concernant ma soeur et je vois les gens autour de moi et le monde entier qui nous soutient… et quand je vois comment ma soeur est forte et comment elle persévère … et tout ce par quoi nous sommes passés… et tous ces gens qui nous soutiennent dans le monde, même les arabes, les internationaux et même des juifs… Ils sont venus vers nous, ils nous ont consolés et nous ont dit que Hana est une héroïne.

Nous tirons notre force de notre peuple. »

Yahya Shalab, le père de Hana : « Hana n’est pas seulement ma fille, elle est la fille de chaque Palestinien. »

Les Israéliens ont voulu déporter Hana !

Selon le Ministre de l’Autorité palestinienne pour les prisonniers, Issa Qarage, Israël a proposé de déporter Hana Shalabi à Gaza, mais l’Autorité palestinienne s’y est opposé. Selon Qarage, Hana est très faible, elle ne sait pas se relever, elle ne sait pas dormir, ni parler. Elle souffre également de vertiges suite à sa perte de poids.
Entre-temps, 24 prisonniers ont également commencé une grève de la faim, parmi lesquels Ahmad Saqir Abu Basir, qui est le plus longtemps en détention administrative et le juriste Ahmad Hajj Ali.

Pour soutenir Hana, signez la pétition en ligne ici.

 

Print Friendly, PDF & Email