Représailles collectives contre tous les habitants de Qabatiya après un attentat à Jérusalem

Tous les habitants du village de Qabatiya, situé dans le nord de la Cisjordanie non loin de Jenine, se verront retirer leur permis de travailler en Israël, après une attaque mortelle menée le 3 février dernier par trois jeunes gens du village, a annoncé un porte-parole de l’OLP. Une dizaine de permis au moins ont déjà été annulés lorsque leur titulaire s’est présenté à un checkpoint, selon l’agence de presse Ma’an.

Le porte-parole de l’OLP a souligné que la décision de révoquer les permis de tout le village a été prise quelques heures après que l’armée israélienne ait levé un blocage complet de Qabatiya qui avait duré trois jours et qui faisait suite à une attaque menée par trois jeunes gens du village à Jérusalem-Est. Celle-ci a coûté la vie à une membre de la police israélienne des frontière âgée de 19 ans. Un autre policier israélien avait quant à lui été blessé.

Samedi soir, l’armée israélienne avait levé le siège du village, alors qu’elle avait initialement annoncé que le blocage durerait au moins un mois.

Le premier ministre de l’Autorité Palestinienne, Rami Hamdallah, a dénoncé le recours aux punitions collectives par Israël. Les punitions collectives, les exécutions sommaires, les blocages de localités palestiniennes et de camps de réfugiés, ne peuvent – a-t-il dit – que détériorer la situation dans la région. “En confinant notre peuple et les l’étouffant avec des checkpoints militaires, Israël viole toutes les lois et conventions internationales”, a-t-il ajouté. Rami Hamdallah a rendu Israël responsable de la tension et de la poursuite des heurts entre les jeunes de Qabatiya et l’armée d’occupation.qabetiya_feb2016

Durant le siège du village, au moins 13 habitants ont été blessés par des tirs à balles réelles des forces israéliennes. Un jeune de 15 ans a aussi été gravement blessé par une jeep militaire qui lui a roulé dessus. Neuf Palestiniens ont été blesses au cours de la journée de vendredi, lorsque les soldats des forces d’occupation ont tiré à balles réelles et utilisé des gaz, et un jeune homme de 24 ans a été blessé d’une balle dans l’abdomen, puis arrêté, au cours d’affrontements déclenchés par un raid nocturne de l’armée.

Print Friendly, PDF & Email