Rapport Goldstone : la propagande sioniste aura beau faire, les faits demeurent

« Si j’avais su ce que je sais aujourd’hui, le rapport Goldstone aurait été différent« . C’est ainsi que commence l’article que le juge Richard Goldstone, qui dirigea une mission d’enquête de l’ONU à propos de l’agression israélienne contre Gaza de décembre 2008-janvier 2009, a fait paraître le 1er avril dans le Washington Post et qui soulève énormément de commentaires.

Evidemment, le gouvernement israélien – comme de coutume efficacement relayé par les média occidentaux – a aussitôt cherché à exploiter au maximum ce revirement, quitte évidemment à attribuer à Goldstone des propos qui ne figurent pas dans son texte pour en exagérer la portée.

Ainsi, dans Haaretz, un commentateur adresse des éloges à Goldstone pour avoir eu le courage d’écrire « j’ai eu tort »  [« I was wrong »] (d’incriminer l’armée israélienne). Or Goldstone n’a rien écrit de pareil, ces mots ne figurent pas dans son article, dont une bonne partie consiste en fait à constater que le gouvernement israélien avait refusé de coopérer avec la mission d’enquête de l’ONU, et que cela a forcément eu une influence sur le contenu du rapport.

Netanyahou n’a pas perdu un instant pour réclamer que le « rapport Goldstone » soit « jeté aux poubelles de l’histoire« , avec lesquelles son propre cerveau est en permanence en relation directe…

Ses espoirs ont d’ailleurs été rapidement déçus, et cela pour plusieurs raisons. D’une part même s’il a donné son nom au rapport en question, Richard Golstone n’en est ni propriétaire ni l’unique auteur, puisqu’il est le fruit du travail d’une commission d’enquête dont plusieurs autres membres ont récemment confirmé qu’en dépit de l’intense campagne médiatique et diplomatique menée par Israël depuis des mois ils en confirment la teneur.

D’autre part, Goldstone lui-même a fait savoir qu’il n’entreprendrait rien pour demander l’annulation par l’ONU du rapport qui porte son nom, contrairement aux affirmation du Ministre de l’Intérieur israélien Eli Yishai. Goldstone a confirmé que celui-ci l’a appelé par téléphone pour le remercier suite à son article dans le Washington Post, mais qu’au cours de la conversation il n’a aucunement été question du rapport lui-même ou du sort à lui réserver dans le futur. « J’ai terminé la conversation en exprimant l’amour que je porte à Israël« , ajoute Goldstone dans une déclaration à l’agence Associated Press.

Il faut se souvenir qu’avant ce dernier épisode en date, le juge Goldstone – un magistrat sud-africain, juif et sioniste proclamé – a fait l’objet d’une campagne haineuse d’une violence inouïe de la part des milieux sionistes du monde entier.

Yale GoldstoneIl a été bien évidemment accusé d’être antisémite (la fameuse « haine de soi » avait encore frappé), d’avoir pris pour base de « son » rapport des allégations du Hamas sans la moindre vérification (autrement dit c’est un complice du terrorisme islamiste international), lors d’un de ses passages à l’Université américaine de Yale des rabbins ont brandi une banderole sur laquelle le « rapport Goldstone » était comparé à l’affaire Dreyfus et au « protocole des sages de Sion » (voir photo). On imagine que tout cela a été psychologiquement extrêmement pénible pour ce juge retraité, en butte à une hostilité des siens à l’échelle planétaire.

Quoi qu’il en soit, comme le note justement Alain Gresh, non seulement le « rapport Goldstone » n’appartient pas à Goldstone, mais en outre il a été corroboré par un grand nombre d’autres rapports émanant d’ONG telles qu’Amnesty International et Human Rights Watch, et au surplus l’argumentation avancée est particulièrement faible (en particulier on ne voit pas en quoi le fait qu’Israël ait ouvert 400 enquêtes sur les faits commis par son armée à Gaza devrait changer le regard que l’on porte sur ces faits, d’autant que l’expérience montre largement que ces enquêtes n’aboutissent pratiquement jamais, ou alors à des peines véritablement ridicules qui sont souvent autant d’insultes aux victimes).

Ilan Pappé, pour sa part, estime que quand Richard Golstone écrit dans le Washington Post « si j’avais su ce que je sais aujourd’hui, le rapport Goldstone aurait été différent« , il faut lire en réalité : « Si j’avais su que cela ferait de moi un Juif qui a la haine de soi (self-hating Jew dans le texte) aux yeux d’Israël ma bien aimée, et aux yeux de ma propre communauté juive d’Afrique du Sud, le rapport Goldstone n’aurait jamais existé« .

Et Ilan Pappé, un des « nouveaux historiens » israéliens, qui fut lui-même contraint de quitter Israël pour la Grande-Bretagne pour avoir notamment eu l’audace d’écrire « Le nettoyage ethnique de la Palestine » [1] poursuit  (http://electronicintifada.net/v2/article11895.shtml – traduction de D. Muselet pour « Le Grand Soir » ) :

« Ce vil retournement de veste n’a pas eu lieu cette semaine. Il s’est produit après une année et demi de campagne incessante d’intimidation et de diffamation contre le juge, une campagne semblable à celles qui ont détruit des personnalités importantes comme le sénateur étasunien William Fulbright qui a été politiquement assassiné à cause de sa tentative courageuse de révéler les affaires illégales de l’AIPAC avec l’état d’Israël.

Déjà en octobre 2009, Goldstone avait dit sur CNN : « Je porte un grand amour à Israël » et « J’ai travaillé à la promotion de beaucoup de causes israéliennes et je continuerai à le faire » (Video : « Fareed Zakaria GPS, » 4 Octobre 2009).

A l’époque où il avait fait cette déclaration d’amour à Israël, il ne pouvait pas avoir de nouveaux éléments comme il prétend maintenant en avoir et on peut se demander pourquoi son amour pour Israël n’avait pas été le moins du monde entamé par ce qu’il avait découvert en rédigeant son rapport initial avec les autres membres de l’ONU.

Mais le pire était à venir et il y a exactement un an, en avril 2010, la campagne contre lui a atteint de nouveaux sommets et plutôt de nouvelles abîmes. Elle était menée par le président de la Fédération sioniste d’Afrique du Sud Avrom Krengel qui a essayé d’empêcher Goldstone de participer à la bar mitzvah de son petit fils à Johannesburg parce que selon lui « Goldstone avait causé un dommage irréparable à tout le peuple juif. »

La Fédération sioniste sud africaine a menacé de mettre des gardes devant la synagogue pendant toute la cérémonie. Pire encore, Warren Goldstein, le grand Rabbin d’Afrique du sud, a condamné Goldstone pour « avoir causé du tort à l’état d’Israël« . En février dernier, Golstone a dit que « le Hamas avait commis des crimes de guerres mais pas Israël« , dans une interview qui n’a pas été diffusé selon une information du 3 avril du site Web de la chaîne 2 israélienne. Ce n’était pas assez : Israël voulait davantage.

Les lecteurs peuvent se demander « Quelle importance cela a-t-il ? » et « Pourquoi Goldstone n’a-t-il pas été capable de résister à la pression ?« 

Ce sont de bonnes questions mais hélas, la sionisation des communautés juives et l’identification erronée du fait d’être juif avec le sionisme constitue un obstacle si grand qu’il empêche les Juifs libéraux de dénoncer activement les crimes d’Israël.

De temps en temps, de nombreux Juifs libéraux donnent l’impression de se libérer de ce joug et d’écouter leur conscience plutôt que leur peur. Cependant les convictions universalistes de la plupart semblent être incapables de résister longtemps quand il s’agit d’Israël. Le risque d’être traité de « Juif qui a la haine de soi » avec tout ce qu’une telle accusation implique, est une perspective trop effrayante pour eux. Il faut être à leur place pour comprendre à quel point c’est terrifiant.

Il y a seulement quelques semaines, les services secrets israéliens [2] ont annoncé la création d’une unité spéciale dont la mission est d’espionner les individus ou organismes soupçonnés de « délégitimer » Israël pour leur demander des comptes et peut-être même les traquer. Cette nouvelle a peut-être convaincu un certain nombre de ceux qui n’étaient pas vraiment déterminés que cela ne valait pas la peine de tenir tête à Israël.

On aurait dû se rendre compte que Golstone était l’un d’entre eux lorsqu’il a affirmé que, en dépit de son rapport, il demeurait sioniste. Ce qualificatif de « sioniste » a beaucoup plus de sens et de poids qu’on ne le croit habituellement.

On ne peut pas se dire sioniste et s’opposer à l’état d’apartheid d’Israël. On peut rester sioniste par contre si on se contente de critiquer cet état pour une certaine politique criminelle en omettant de faire le lien entre l’idéologie et la politique. « Je suis un sioniste » est une déclaration d’adhésion à des manières de penser qui sont antinomiques avec le rapport Goldstone de 2009.

On peut soit être sioniste soit accuser Israël de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité -celui qui fait les deux ensemble, ne tiendra pas longtemps le coup.

Que ce mea culpa n’ait rien à voir avec de nouveaux éléments, est évident lorsqu’on examine les « preuves » que Goldstone a présentées pour justifier sa rétractation. Pour être honnête il faut dire qu’on n’avait pas besoin d’être un expert international pour savoir que Israël avait commis des crimes de guerre à Gaza en 2009. Les rapports d’organismes comme Breaking the Silence (briser le silence) et les représentants de l’ONU sur le terrain ont démontré ces faits avant et après le rapport de Goldstone. Et ce n’était pas non plus la seule preuve.

Les photos et les images que nous avons vues sur nos écrans et celles que nous avons vues sur le terrain nous ont montré qu’il s’agissait d’une politique criminelle destinée à tuer, blesser et estropier à la manière d’un châtiment collectif. « Les Palestiniens vont s’attirer un Holocauste » avait promis Matan Vilnai, le secrétaire d’état à la défense d’Israël au peuple de Gaza le 29 février 2008.

La seule nouvelle pièce que Goldstone apporte au dossier est une enquête intérieure de l’armée israélienne qui explique qu’un des cas suspectés d’être un crime de guerre était dû en fait à une erreur de l’armée sur laquelle elle est en train d’enquêter. Cela doit être sa carte maîtresse : une affirmation de l’armée israélienne que l’assassinat de masse des Palestiniens était une « erreur. »

Depuis la création de l’état d’Israël, les dizaines de milliers de Palestiniens tués par Israël étaient des terroristes ou avaient été tués par « erreur ». Donc 29 des 1400 morts ont été tués suite à une regrettable erreur ?

Seul un engagement idéologique peut inciter quelqu’un à demander une révision de ce rapport sur la base d’une enquête intérieure de l’armée israélienne concernant un seul cas alors qu’il y a eu des douzaines de massacres et de tueries illégaux. Ce n’est donc pas cette nouvelle preuve qui a conduit Goldstone à écrire cet article. C’est plutôt son désir de retrouver son confort au sein du sionisme qui l’a incité à écrire ce papier aussi bizarre que contestable.

La manière dont il accentue sa critique du Hamas dans cet article et diminue la critique d’Israël va dans le même sens. Et il croit que cela le fera échapper à la fureur vengeresse d’Israël. Il se trompe lourdement, très lourdement. Peu de temps après la parution de l’article, le ministre de la Défense d’Israël, Ehud Barak, le premier ministre Benjamin Netanyahu et bien sur le lauréat du prix Nobel de la Paix, Shimon Péres, exigeaient de Goldsone un autre service : aller de campus en campus et d’une conférence à une autre au service d’un nouvel Israël, noble et pieux. Il peut refuser ; mais alors il lui sera sans doute interdit d’aller à la bar mitzvah de son petit fils par mesure de rétorsion.

Goldstone et ses collègues ont rédigé un rapport très détaillé mais ils se sont montrés très réservés sur les conclusions. Le tableau présenté par les organisations des droits de l’homme israéliennes et palestiniennes était bien plus horrible et leurs rapports n’étaient pas rédigé dans ce langage clinique et légaliste qui ne traduit généralement pas toute l’horreur des événements. L’opinion publique occidentale a compris avant Goldstone et mieux que lui toutes les implications de son rapport. La légitimité internationale d’Israël a subi un dommage sans précédent. Goldstone a été sincèrement ébranlé quand il s’en est rendu compte.

Ce n’est pas la première fois que tout cela se produit. A la fin des années 1980, l’historien israélien Benny Morris a écrit en vain un rapport similaire sur le nettoyage ethnique de la Palestine en 1948. Ce sont des universitaires palestiniens comme Edward Said, Nur Masalha et Walid Khalidi qui ont fait apparaître les conséquences que les archives qu’il avait exhumées avaient sur l’image et l’identité d’Israël.

Morris n’a pas non plus résisté à la pression et a demandé à être réintégré dans la tribu. Il est allé très loin dans le mea culpa et est devenu un raciste extrémiste anti-arabe et anti-musulman allant même jusqu’à suggérer de mettre les Arabes dans des cages et à militer pour un autre nettoyage ethnique. Goldstone en fera peut-être autant : en tous cas, c’est ce que les Israéliens veulent qu’il fasse.

Sur le plan professionnel, Morris et Goldstone ont concrétisé leur marche arrière en revendiquant que Israël soit jugé sur ses intentions et non sur les conséquences de ses actions, ainsi qu’on le constate dans l’article de Goldstone du Washington Post. C’est pourquoi selon eux, seule l’armée israélienne peut être considérée comme une source d’information fiable puisqu’elle seule connaît ses propres intentions. Peu de personnes honnêtes et intelligentes dans le monde considéreraient comme acceptables une analyse et une explication aussi bizarre.

Goldstone n’a pas encore adhéré au groupe le plus fou d’ultra-sionistes comme l’a fait Morris. Mais s’il ne se méfie pas, ce qui l’attend c’est sans doute, une vie d’agréables déplacements en compagnie de gens comme Morris, Alan Dershowitz (qui a déjà qualifié Goldstone de « Juif repentant ») des meetings annuels des rottweilers de l’AIPAC aux conventions farfelues des chrétiens sionistes. Il se rendra vite compte qu’une fois qu’on a capitulé devant les sionistes, ils s’attendent à ce qu’on aille jusqu’au bout et qu’on revienne à l’endroit même qu’on croyait avoir réussi à dépasser.

Regagner l’affection des sionistes à court terme est bien moins important que de perdre le respect du monde entier sur le long terme. La Palestine devrait choisir ses amis avec grand soin : ils ne doivent pas être pusillanimes et ils ne peuvent pas se proclamer à la fois sionistes et défenseurs de la paix, des droits de l’homme et de la justice en Palestine.

De toute cette affaire, Alain Gresh tire une conclusion qui n’incite pas à un optimisme débridé :

« Il est douteux que la pitoyable rétractation du juge modifie l’image du gouvernement israélien. Elle aidera, en revanche, les gouvernements européens à justifier leur silence devant le blocus de Gaza et la colonisation qui continue, alors même que les révoltes arabes risquent de changer la donne. Des manifestations de jeunes se sont déroulées aussi bien à Gaza qu’en Cisjordanie et les deux pouvoirs ont tenté de les réprimer ; on parle pourtant à nouveau de réconciliation entre le Fatah et le Hamas. Mais personne ne peut cacher l’impasse stratégique dans laquelle se trouve le mouvement palestinien ».


[1] Editions Fayard, 2008 – 22 € – ISBN 978-2-213-63396-1
[2] en fait, l’armée : voir « Si vous trouvez un type sous de votre lit, c’est peut-être bien un espion israélien« 

Print Friendly, PDF & Email