Piraterie sanglante : Israël tente de calmer le jeu en libérant ses otages

Le gouvernement israélien essaie de minimiser les conséquences politiques et diplomatiques de l’action de piraterie criminelle qu’il avait approuvée il y a deux jours.

C’est que la scène politique mondiale commence à sérieusement chauffer sous les fesses des dirigeants israéliens. Selon le Jerusalem Post, le directeur du Mossad, Meïr Dagan, a lancé mardi un avertissement aux membres de la commission parlementaire des affaires étrangères et de la défense. Les liens stratégiques entre Jérusalem et Washington sont en train de progressivement se modifier, leur a-t-il dit.  « Peu à peu, Israël devient plus un problème pour les États-Unis« , a-t-il poursuivi.

On ne peut affirmer qu’il y a un lieu de cause à effet direct, mais toujours est-il que le porte-parole de Netanyahou a annoncé, selon Haaretz, l’expulsion à très bref délai des 680 personnes prises en otage par Israël après l’arraison­nement de la « flottille de la paix » dans les eaux internationales, y compris les deux douzaines d’entre elles que les autorités israéliennes voulaient traduire en justice pour avoir « agressé » les soldats surarmés qui ont pris leur bateau d’assaut en pleine nuit.

120 des 680 personnes concernées ont été transférés dès mardi soir près de la frontière jordanienne, à partir de laquelle ils seront renvoyés chez eux, précise le quotidien israélien.

Il fournit une répartition par nationalité de ceux dont l’expulsion a été ordonnée :

Afrique du Sud 1;
Allemagne 11;
Algerie 28;
Australie 3;
Azerbaidjan 2;
Bahrain 4;
Belgique 5;
Bosnie 1;
Bulgarie 2;
Canada 1;
Égypte 3;
États-Unis 11;
France 9;
Grande-Bretagne 31;
Grèce 38;
Hollande 2;
Italie 6;
Indonésie 12;
Irlande 9;
Jordanie 30;
Kosovo 1;
Koweit 15;
Liban 3;
Macédoine 3;
Malaisie 11;
Maroc 7;
Mauritanie 3;  
Norvège 3;
Nouvelle Zélande  1;
Oman 1;
Pakistan 3;
République Tchèque 4;
Serbie 1;
Suède 11;
Syrie 3;
Turquie 380;     
Yémen 4.

Print Friendly, PDF & Email