Mousa Abu Maria, membre du Comité populaire de Beit Ommar, a de nouveau été arrêté

Lundi 11 juin. Les agriculteurs de Beit Ommar étaient occupés aux champs jouxtant la colonie de Karmei Tsur. Au bout d’une heure et demie de travail, des colons israéliens ont commencé à les harceler, les traitant de « chiens », de « nazis », puis leur ont jeté des pierres. Les agriculteurs ont poursuivi paisiblement leur travail jusqu’au moment où les soldats de l’armée israélienne sont arrivés.

Un soldat a pris Mousa Abu Maria par le bras. Mousa lui a demandé de le laisser et de cesser de crier, mais le soldat l’a poussé par terre. Quatre autres soldats se sont mis autour de lui et l’ont frappé à la tête avec leurs fusils. Il a commencé à saigner à la tête.

Des activistes internationaux qui tentaient de protéger Mousa ont été battus sauvagement et tenus à l’écart. Mousa Abu Maria a alors été menotté et emmené à la colonie de Karmei Tsur, les yeux bandés. On l’a laissé pendant une heure sans assistance médicale, alors qu’il était blessé et saignait à la tête.

Apprenant l’arrestation de Moussa, des habitants de Beit Ommar, des activistes et la presse se sont rendus sur place. Ils ont été accueillis par des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des bombes sonores, alors qu’ils tentaient de continuer de travailler la terre de Beit Ommar

La vidéo de l’arrestation
 J’avais rencontré Mousa le 2 avril 2011 lors d’une activité de solidarité organisée par l’Association belgo-palestinienne à Bruxelles. Il était venu témoigner avec sa femme Bekah Wolf, accompagné de leur petite fille, Rafif.

Mousa Abu Maria a été prisonnier politique dans les prisons militaires israéliennes de 1999 à 2003. A sa libération, il commence à travailler avec des groupes anti-occupation internationaux et israéliens, apportant son appui aux paysans confrontés à la confiscation de leurs terres et à l’évacuation forcée, ceci dans le village de Beit Ommar et dans les environs. En 2006, il est cofondateur de Palestine Solidarity Project avec des gens de Beit Ommar et des internationaux, afin d’empêcher l’expansion de la colonie voisine qui menace leurs terres.

Alors qu’il est en prison, il se marie avec Bekah Wolf, une Américaine ayant la citoyenneté israélienne et qui travaille dans les territoires palestiniens depuis 2003. Il est libéré en juin 2009.

Mousa nous a expliqué les incursions multiples de l’armée israélienne dans le village, incursions au cours desquelles on arrête les villageois (et souvent de jeunes enfants de 14 ans !). L’armée empêche les paysans de se rendre sur leurs terres, parce qu’ils pourraient provoquer les colons. Des colons qui mettent le feu aux champs et qui empêchent les villageois de l’éteindre. Les mêmes villageois qui replantent 1000 arbres dans une action collective avec des internationaux.

Lors de sa détention en prison, Mousa a connu Khader Adnan, le prisonnier qui dernièrement a été libéré après 66 jours de grève de la faim.

Mise à jour le 13 juin :

Après la séance de ce jour dans un tribunal militaire, où Mousa était représenté par l’extraordinaire équipe juridique de Gaby Lasky et de ses associés, la libération de Mousa a été ordonnée moyennant une caution de 4.000 shekels (environ 1000 US $). Palestine Solidarity Project (PSP) fournit son aide juridique, à la fois en louant des services d’avocats et en payant les cautions et les amendes et ce, non seulement pour les membres de PSP, mais aussi pour tout résident de Beit Ommar et tous les Palestiniens engagés dans la résistance populaire et qui requièrent notre aide. Pour cette raison, PSP a actuellement quelque 25.000 US $ de dettes juridiques. Les avocats hors du commun avec lesquels nous travaillons sont très généreux dans leur soutien et leurs plaidoyers au service des Palestiniens engagés dans la résistance populaire, mais il leur est impossible de travailler pour rien. Afin de poursuivre notre travail de soutien de la résistance populaire en Palestine, il est de la plus haute importance que nous puissions continuer aussi à fournir une aide juridique aux activistes.

Print Friendly, PDF & Email