Mort d’un journaliste sans importance

Tous les journalistes sont égaux… Mais certains moins que d’autres.
La mort du reporter libanais Assaf Abou Rahhal ne compte pas puisqu’il était « proche du Hezbollah ».

Assaf Abou Rahhal, quel drôle de nom pour un journaliste. Ce type est sûrement un imposteur. Un journaliste, un vrai, son nom est un patronyme du genre Mougeotte, Pujadas, Ferrari, Drucker ou Duhamel *. En aucun cas Assaf Abou Rahhal.

Ce plumitif libanais n’a donc eu que ce qu’il mérite : la mort. Il a été pulvérisé par un tir israélien lors d’un accrochage de frontière, à propos d’un arbre, hors de la ligne de démarcation, dont les branches empêchaient les soldats hébreux de bien voir venir le danger du nord et qu’ils entendaient élaguer. [NDLR : A propos de cet incident de frontière, voir le commentaire de Gideon Levy (Haaretz) traduit ICI ]

Relatant la meurtrière querelle les gentils médias, toujours à la recherche du bonus en matière de rigueur, ont précisé que ce rastaquouère, cet Assaf Abou Rahhal, travaillait pour le journal Al-Akhbar « proche du Hezbollah ». Tout est dans ce « proche du Hezbollah ». Une façon de dire que cet Assaf est un pas bien joli type et que sa mort compte pour pas grand-chose. Ouf, j’ai eu peur que les israéliens aient tué un vrai reporter **.

Avec de semblables principes ont pourrait rire beaucoup dans les cimetières de presse. Je ne veux que du bien à ce cher Etienne (Mougeotte) qui dirige un grand journal, Le Figaro. Mais imaginez (à Dieu ne plaise) qu’un obus tiré par un soldat de Voïvodine orientale lui érafle la tong, lirait-on chez nos confrères : « Etienne Mougeotte, collaborateur d’un journal proche de l’UMP » ?

Bien sûr que non.

Imaginez aussi que des imbéciles présentent nos deux confrères prisonniers en Afghanistan *** comme « travaillant pour une chaîne d’État en France », ce qui les ravalerait au rang d’un Assaf, celui de journalistes chair à canons.

Au palmarès de RSF tous les journalistes sont égaux mais un Assaf est moins égal que d’autres. Et il faut se méfier de ces degrés que nos protecteurs professionnels mettent en accordant la qualité de journaliste. En 1937, observateur de la Guerre d’Espagne, Georges Bernanos n’aurait donc été qu’un « reporter proche des Républicains ». Quelle horreur !

Jacques-Marie Bourget sur le site Bakchich


* NDLR : ou De Brigode, Duchâteau, Delvaux, Vrebos…
** NDRL : c’est pas leur genre : une preuve parmi beaucoup d’autres ICI
*** Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, enlevés le 30 décembre 2009 en Afghanistan, comme les télés françaises le rappellent plusieurs fois par jour depuis quelques temps, en « oubliant » deux fois sur trois de mentionner que plusieurs afghans qui les accompagnaient partagent leur sort.
Print Friendly, PDF & Email