Les médecins sont inquiets pour la santé de Hana Shalabi

Hana Shalabi et son père, au moment de sa libération, après 2 ans de détention administrative, en octobre 2011.

Hana Shalabi en est à son 28e jour de grève contre sa détention administrative. Un membre de « Médecins pour les droits de l’homme – Israël » (Physicians for Human Rights, PCR– Israël) a rendu une deuxième visite à Hana ce lundi 12 mars.

Lors d’une première visite, le 8 mars, le médecin a constaté une atrophie et fonte musculaire qui intervient lorsque le corps a épuisé ses réserves de graisse. Ce processus peut aussi affecter le muscle cardiaque. Hana Shalabi se sentait faible, souffrait de vertiges et de pertes de conscience périodiques. Le médecin s’était dit inquiet sur les dommages physiques qui pouvaient en résulter.

Lors de sa deuxième visite, ce 12 mars, le médecin a constaté une dégradation supplémentaire de son état, avec une atrophie et fonte musculaire dans un stade avancé, des vertiges sévères et des douleurs musculaires importantes, surtout dans la poitrine et dans le dos. PCR et Addameer, l’association de défense des prisonniers, se sont dits très inquiets pour la santé de Hana Shalabi et ils craignent qu’elle ne soit nourrie de force, ce qui est interdit par les lois internationales.

Hana Shalabi et son père, au moment de sa libération, après 2 ans de détention administrative, en octobre 2011.
Hana Shalabi et son père, au moment de sa libération, après 2 ans de détention administrative, en octobre 2011.

Les parents de Hana lancent un appel

« Nous appelons l’Autorité palestinienne, toutes les factions palestiniennes et tous les Palestiniens à descendre dans la rue et à participer à l’action de samedi 17 mars, en solidarité avec notre fille Hana Shalabi et tous les prisonniers sous détention administrative.

Nous continuons de soutenir la grève de la faim de notre fille et nous voulons qu’elle sache que nous sommes avec elle jusqu’à ce que sa demande obtienne une réponse, à savoir : sa libération immédiate de la prison israélienne.

Votre soutien à Hana est nécessaire pour obtenir sa libération ; il est nécessaire de la soutenir dans la grève de la faim qui a débuté le 26 février 2012.

Nous appelons tous les prisonniers sous détention administrative à rejoindre Hana dans la grève de la faim jusqu’à votre propre libération, et à mettre fin a la politique injuste de la détention administrative qui viole les droits humains et les lois internationales.

Des actions dans les prisons

Dans plusieurs prisons déjà, des actions ont eu lieu, comme à Ofer, Rajnon, Eshel, où des prisonniers ont refusé des repas, refusé les comptages. Mais la répression est sévère.

L’armée a fait plusieurs incursions dans des prisons israéliennes : à Beersheva, Nafha, Asqalin, où les soldats ont fait irruption avec des bâtons, des gaz lacrymogènes et des chiens. Leur but : terroriser les prisonniers, empêcher de nouvelles grèves de la faim et séparer les prisonniers, afin de les diviser.

Pour voir à quoi peut ressembler une incursion dans une prison israélienne, regardez cette vidéo.

http://www.youtube.com/watch?v=IB6-iGYV6LM

Print Friendly, PDF & Email