Les commandos israéliens ont abattu un Turc parce qu’il diffusait des images sur l’Internet, affirme un témoin

Un militant grec qui se trouvait sur Mavi Marmara lors de l’assaut sanglant par les pirates israéliens accuse ceux-ci d’avoir tué l’un des Turcs à bord car il assurait la diffusion sur l’internet des images du raid.

Jusqu’à une demi-heure après l’attaque, et malgré la guerre électronique, le Mavi Marmara continuait à envoyer des images sur internet grâce à un système hypermoderne que gérait un volontaire turc. Ensuite, je l’ai vu mort, avec une balle dans le front”, affirm Dimitris Plionis au journal turc Elefthérotypia .

“Les Israéliens avaient comme priorité de mettre fin à la diffusion d’images. Sur le bateau, les Turcs avaient installé peut être une centaine de caméras qui envoyaient sans cesse des images. Le système s’est tu quand son gestionnaire a été assassiné”, a ajouté ce mécanicien, l’un des deux Grecs à bord du ferry turc.

M. Plionis a indiqué s’être réfugié durant l’attaque dans le centre de presse du bateau, à la demande du capitaine turc. Après avoir pris le contrôle du bâtiment, les commandos israéliens “ont frappé beaucoup de journalistes (…) et ont cassé toutes les caméras, les ordinateurs, les téléphones”.

L’AFP, qui répercute cette information, se croit obligée de préciser que “Israël, qui affirme que ses troupes ont tiré pour se défendre, diffuse depuis de nombreuses images pour appuyer sa version”, évidemment sans faire mention des preuves des trucages manifestes que l’armée israélienne a, face à l’évidence, été obligés d’admettre (voir ICI et LA).