Le Trade Union Congress condamne l’agression contre Gaza et insiste sur un embargo des armes contre Israël

Le Trade Union Congress (TUC – Congrès des syndicats britanniques) a publié une déclaration sur Gaza lors de son congrès annuel, ce mercredi, pressant le gouvernement britannique à imposer à Israël un embargo sur les armes et réclamant la suspension de l’Accord associatif entre l’UE et Israël.

La déclaration, soutenue par une majorité écrasante, condamne le lourd tribut des morts à Gaza, tribut qui comprenait « de nombreuses personnes vaquant à leur travail quotidien », et elle « déplore les attaques dont ont fait l’objet les installations de l’ONU ». Le TUC recommande que les responsables des violations des lois internationales « soient soumis à la Cour pénale internationale ».

La déclaration du TUC demande également que soit mis un terme au « blocus de Gaza » et accueille favorablement « la création d’un gouvernement unitaire pour l’Autorité palestinienne », impliquant à la fois de Fatah et le Hamas et elle invite instamment « le gouvernement britannique et l’Union européenne à soutenir ce développement ».

Au vu des attaques d‘Israël contre Gaza et à sa politique dans les Territoires occupés, la déclaration du TUC appelle le gouvernement britannique et l’UE à « mettre immédiatement un terme au commerce d’armes avec Israël, y compris toute forme de collaboration militaro-industrielle ». Le TUC même, poursuit la déclaration, devrait travailler avec les syndicats concernés pour « exercer des pressions sur ces sociétés impliquées dans le soutien à l’armée israélienne, afin qu’elles cessent d’agir de la sorte ».

Le congrès a réclamé « la suspension de l’Accord associatif entre l’UE et Israël tant que les droits des Palestiniens ne seraient pas établis », et s’est engagé à « accroître la pression sur les sociétés complices dans le commerce des armes, les colonies, l’occupation et le Mur » et ce, via des stratégies en ce sens – qui constituent un volet primordial de la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) dirigée depuis la Palestine.

La Campagne de solidarité avec la Palestine (PSC) a fait remarquer que « la déclaration et les objectifs qui y figurent constituent désormais la politique officielle du TUC » et qu’il s’agit d’un coup de pouce important pour les activistes de la solidarité avec la Palestine et des BDS. La déclaration du TUC a été condamnée par le groupe de coordination contre le boycott, Fair Play, qui s’est plainte de ce que les boycotts ne font que « séparer davantage encore les travailleurs israéliens et palestiniens » (sic).


Publié le 10 septembre 2014 sur Middle East Monitor. Traduction pour ce site : JM Flémal

Print Friendly, PDF & Email