Le « Rachel-Corrie » arraisonné par les pirates

L’opération  de piraterie sanglante de l’armée israélienne contre la flottille se rendant à Gaza ne les a pas dissuadés : les militants pro-palestiniens à bord du Rachel-Corrie qui se sont jurés de briser le blocus de la bande de Gaza approchent du territoire palestinien, selon certaines sources. Greta Berlin, membre du mouvement Gaza libre, situé à Chypre, a toutefois indiqué qu’il pourrait ne pas arriver à destination avant le début de la semaine prochaine.

Le Rachel-Corrie, navire de commerce qui porte le nom d’une jeune militante américaine écrasée par un bulldozer de l’armée israélienne dans la bande de Gaza en 2003, a appareillé lundi de Malte avec quinze militants à son bord, dont l’Irlandaise Maired Corrigan-Maguire, lauréate du prix Nobel de la paix en 1976 (on a vu dans le passé quel sort funeste peut être réservé aux Prix Nobel de la Paix en Israël…). L’ancien diplomate irlandais Denis Hallyday, qui a officié aux Nations unies, fait également partie de l’équipage.

Le bateau appartient à la flottille arraisonnée lundi par les commandos de marine israéliens dans les eaux interna­tionales, mais sa faible vitesse l’a laissé loin derrière les autres, explique Mark Daly, un parlementaire irlandais qui devait être du voyage mais n’a pas obtenu l’autorisation de quitter Chypre. « Après une discussion entre eux sur la marche à suivre, ils ont décidé de continuer« , a dit l’élu. Le Rachel-Corrie transporte 1.200 tonnes de matériel médical, de chaises roulantes, de fournitures scolaires et de ciment, matériau dont les autorités israéliennes interdisent la livraison dans la bande de Gaza.

Le premier ministre irlandais, Brian Cowen, a rappelé que le navire est propriété irlandaise et affirmé qu’il devait être autorisé à terminer sa mission. « Le gouvernement a formellement demandé au gouvernement israélien de permettre au navire, de propriété irlandaise, d’être autorisé à terminer son trajet sans obstacle et à décharger sa cargaison à Gaza », a dit le chef du gouvernement devant les parlementaires. « Notre initiative vise à briser le blocus israélien imposé aux 1,5 million de Gazaouis. Notre mission n’a pas changé et ce ne sera pas la dernière flottille« , a déclaré Greta Berlin.

La marine israélienne est prête à intercepter le navire, a assuré un officier, signalant que l’assaut de lundi, dans lequel neuf militants pro-palestiniens ont été tués, n’aurait pas d’incidence immédiate sur les décisions militaires. « Nous serons (…) prêts pour le Rachel-Corrie« , a-t-il prévenu. La radio a confirmé que le bateau était attendu mercredi dans les eaux de la bande de Gaza.

 Par ailleurs, les militants de la « European Campaign to end the siege on Gaza« , dont le siège est à Bruxelles (Rue Montoyer 39 – 1000 Bruxeles – Tel: 02 503 54 02), assurent avoir déjà réuni des fonds en suffisance pour « les trois premiers bateaux » d’une future « flottille de la liberté 2 », qui pourrait prendre la mer dans quelques semaines.

La prochaine fois, la Bombe atomique ?

L’écrivain suédois Henning Mankell, expulsé mardi d’Israël, a dénoncé la barbarie de l’assaut israélien contre la flottille pour Gaza, estimant que l’attaque était un signe d’affaiblissement d’Israël.

« Que se passera-t-il l’an prochain lorsque nous viendrons avec des centaines de bateaux ? Tireront-ils une bombe atomique ? « , se demandait l’auteur de romans policiers à succès « Wallander« , peu après avoir atterri mardi soir à Göteborg.

« Aujourd’hui, nous savons qu’Israël est sur les genoux. Personne n’aurait pu s’attendre à ce que le reste du monde réagisse de cette façon. Ils sont complètement isolés. Les gens en ont tellement assez de cette brutalité et de cette violence que ce pouvoir (israélien) a sur la conscience« , a-t-il dit, rapporte l’agence TT.

Print Friendly, PDF & Email