L’armée israélienne cible délibérément les journalistes à Gaza

Les troupes israéliennes s'en prennent délibérément aux journalistes, clairement identifiés (Maan)

GAZA CITY (Ma’an) –Les journalistes palestiniens en poste dans la Bande de Gaza, qui travaillent pour différents médias palestiniens, arabes ou pour des agences internationales, constatent que les troupes israéliennes ont délibérément pris les médias pour cibles tandis qu’ils « couvraient » les heurts entre des jeunes Palestiniens et les forces israéliennes à proximité de la frontière avec Israël.

Les troupes israéliennes s'en prennent délibérément aux journalistes, clairement identifiés (Maan)
Les troupes israéliennes s’en prennent délibérément aux journalistes, clairement identifiés (Ma’an)

La reporter TV Sali al-Sakni a raconté à l’agence palestinienne Maan, dimanche dernier, comment son équipe et elle-même s’étaient volontairement tenus à l’écart du centre des heurts qui ont eu lieu dans le voisinage du camp de réfugiés de al-Bureij, ce qui n’a pas empêché qu’ils subissent « une pluie de gaz lacrymogènes » . De nombreux autres journalistes et photographes de presse, portant des casques et des gilets portant très visiblement l’inscription « PRESS » ont également été attaqués avec des gaz lacrymogènes. Trois grenades ont même été, dit-elle, tirés à tir tendu directement sur son équipe.

De la même manière, le caméraman de l’agence « Palestine  Today », Dawood Abu al-Kas, a été atteint au pied par une balle d’acier recouverte de caoutchouc tandis qu’il couvrait les heurts près de la frontière en face du kibboutz israélien de Nahal Oz, au nord de la Bande de Gaza. « J’essayais de prendre des photos, alors que je me trouvais près d’une ambulance, à 300 mètres de la barrière de la frontière quand on m’a tiré dessus », raconte-t-il à l’agence Ma’an. Il souligne qu’il portait un gilet portant l’inscription « PRESS ». al-Kas affirme que « le fait de s’être fait tirer dessus ne va pas le dissuader de continuer à faire tout ce qui est en son pouvoir pour montrer les crimes que l’occupation israélienne commet contre la population palestinienne« .

Un porte-parole de l’union des journalistes de Gaza, Tahsin al-Astal, a estimé que les attaques israéliennes contre les journalistes font partie intégrante de l’ensemble plus vaste des attaques quotidiennes contre les droits des Palestiniens en général. « L’occupation israélienne mène des attaques systématiques contre les journalistes qui travaillent sur le terrain pour les empêcher de rapporter la vérité à propos des crimes dont les forces d’occupation se rendent coupables contre le peuple palestinien« , dit-il. « Les sérieuses violations dont ils se rendent coupables sont classifiées comme crimes de guerre par les conventions et les traités internationaux qu’ils enfreignent« .

Il a ajouté que l’Union des Journalistes de Gaza a informé la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) des menées « terroristes contre les journalistes palestiniens aux mains des troupes israéliennes d’occupation ». La FIJ va condamner les crimes et les infractions dont notre peuple est victime.


Source : Agence Maan

Print Friendly, PDF & Email