L’ANC, parti gouvernemental sud-africain, soutient le boycott contre Israël

A Johannesbourg, un artiste graffiti aide à la promotion de la semaine contre l'Apartheid israélien. (Minhaj Jeenah/BDS South Africa

Un nouveau succès pour la campagne BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) de la société civile palestinienne contre la politique israélienne d’occupation. Le Congrès national africain (ANC), parti gouvernemental de l’Afrique du Sud, a officialisé les BDS dans sa  politique. Il en a décidé ainsi jeudi soir, lors de son 53e congrès, lorsqu’une résolution a été adoptée en ce sens.

En octobre dernier, la « Conférence internationale de solidarité » (ISC) de l’ANC s’était déjà rangée derrière la campagne BDS. Jeudi, Lindiwe Zulu (membre de la sous-commission des Relations internationales de l’ANC et conseiller spécial du président Jacob Zuma), faisait savoir que la session plénière du 53e congrès de l’ANC avait repris des résolutions de l’ISC, dont celles concernant les BDS.

A Johannesbourg, un artiste graffiti aide à la promotion de la semaine contre l'Apartheid israélien. (Minhaj Jeenah/BDS South Africa
A Johannesbourg, un artiste graffiti aide à la promotion de la semaine contre l’Apartheid israélien. (Minhaj Jeenah/BDS South Africa)

En même temps, un comité de direction était mis sur pied afin de faire appliquer les résolutions. En outre, une résolution était également adoptée, appelant « tous les Sud-Africains » à soutenir les campagnes de la société civile palestinienne, qui entend exercer des pressions sur Israël afin que ce pays entame avec les Palestiniens des pourparlers en vue d’une solution juste. Le Congrès a ensuite adopté une résolution exprimant son « horreur » face aux « attaques xénophobes récentes de l’État d’Israël contre les Africains et aux déportations de ces dernier » et il a exigé que l’affaire soit présentée devant l’Union africaine.

Avant que l’ANC ne propose ses motions, des heurts avaient eu lieu en Afrique du Sud avec la communauté juive officielle et des chrétiens amis d’Israël, a fait savoir la Jewish Telegraph Agency (JTA), le 18 décembre.

Juste avant le vote à l’ANC, les administrateurs (le bureau des délégués) de la communauté juive lui ont adressé une lettre réclamant « une approche équilibrée du conflit israélo-palestinien ». Il lui était également demandé de donner la lettre à lire durant le congrès. Nombre de dirigeants religieux ont aux aussi fait publier une « lettre ouverte », intitulée « Choisir la paix » à la une du Sunday Times sud-africain.

Jadis, à l’époque de l’apartheid, l’Afrique du Sud était une grande alliée d’Israël. Depuis que l’ANC est au pouvoir, les relations se sont toutefois refroidies. Ces derniers temps, l’Afrique du Sud s’est empressée d’afficher une attitude de plus en plus critique. Récemment encore, un certain nombre de dirigeants chrétiens sud-africains en visite en Israël se sont dis heurtés par ce qu’ils avaient vu dans les territoires occupés. Eux aussi se sont rangés derrière le boycott. En août, le vice-ministre des Affaires étrangères Ebrahim Ebrahim a conseillé à ses compatriotes de ne plus se rendre en Israël, vu le traitement infligé aux Palestiniens. Ce même mois, l’Afrique du Sud décidait que les produits originaires de colonies fussent étiquetés comme provenant des territoires occupés.


 

Publié le 21/12/2012 sur Abu-Pessoptimist.
Traduction pour ce site : JM Flémal

Print Friendly, PDF & Email