La Hollande soutient (un peu) les agriculteurs de Gaza

Selon l’agence de presse Ma’an, les autorités israéliennes ont approuvé, pour la deuxième année consécutives, des exportations (en quantités limitées) de fraises et d’œillets en provenance de la Bande de Gaza, dans le cadre d’un programme de soutien aux agriculteurs gazaouites sous le patronage du gouvernement hollandais. En revanche, les demandes d’exportation portant sur des légumes sont maintenues en suspens.

Deux premiers camions chargés de fraises devraient quitter Gaza dimanche, et selon le directeur de la “Dutch Initiative in Gaza” la saison d’exportation des fraises devrait se prolonger jusqu’au 24 février, et porter sur un total de 700 tonnes.

Les exportations d’œillets devraient commencer le 5 décembre et se terminer le 10 mai. 30 millions de fleurs seraient exportées durant cette période et vendues à la criée à Amsterdam.

Toutefois, en 2009, moins de la moitié des 40 millions de tiges d’œillets prévus pour l’exportation ont atteint leur destination, et 25 millions de fleurs fanées ont fini comme nourriture pour le bétail, en raison des délais imposés par Israël dans le processus d’exportation.

Les Pays-Bas ont insisté auprès d’Israël pour que cela ne se reproduise pas cette année. Le gouvernement hollandais consacre 2,6 millions de dollars à ce programme, et cette année il est prévu d’exporter aussi à partir de Gaza la production de 50 dunums de tomatres-cerises et de 50 dunums de poivrons, qui ont été plantés spécialement pour l’exportation.

Néanmoins, jusqu’ici il n’est pas certain que l’exportation des légumes soit bel et bien autorisée par Israël. La production a donc été limitée, pour ne pas prendre trop de risques, quoique les marges bénéficiaires pour les producteurs soient meilleures avec ces produits qu’avec les fleurs. Si l’exportation n’est finalement pas autorisés, les légumes seront bien entendu écoulés sur le marché local, mais cela ne permettrait même pas de couvrir les frais de production et de récolte.

En raison du blocus que – malgré le soi-disant allègement – Israël maintient sur Gaza, ces exportations de denrées agricoles sont les seules qui sont prévues, et ce n’est possible que grâce à l’engagement du gouvernement hollandais dans ce programme de soutien aux agriculteurs gazouites.

En 2009, les œillets de Gaza ont été vendus à la criée au prix moyen de 0,12 € pièce, et les producteurs ont perçu un revenu estimé à 1,8 million d’Euros. Le gouvernement hollandais pré-finance la production et garantit aux producteurs un revenu minimum. Il s’efforce aussi de faciliter les formalités d’exportation via Israël, et garantit que les revenus sont versés directement aux agriculteurs (et non au Hamas).

Print Friendly, PDF & Email