Israël lance des frappes aériennes contre la bande de Gaza

Les frappes aériennes sont les premières depuis la trêve de cet été, qui mettait fin à 51 jours de guerre à Gaza. (AFP)

BANDE DE GAZA – Pour la première fois depuis la violence qui a éclaté l’été dernier, Israël a lancé deux frappes aériennes contre la bande de Gaza en état de siège.

Des sources palestiniennes ont affirmé que la cible de ces frappes, très tôt ce samedi, était le camp de Hiteen, un site d’entraînement militaire appartenant au Comité de la résistance palestinienne, l’un des groupes militaires actifs à Gaza.

Les frappes aériennes sont les premières depuis la trêve de cet été, qui mettait fin à 51 jours de guerre à Gaza. (AFP)
Les frappes aériennes sont les premières depuis la trêve de cet été, qui mettait fin à 51 jours de guerre à Gaza. (AFP)

Un porte-parole du ministère de la Santé de Gaza a déclaré qu’il n’y avait pas eu de victimes lors de l’attaque, puisque les missiles avaient frappé des champs déserts à l’ouest de Khan Younis.

Des ambulances se sont précipitées sur le site du bombardement, ce qui a ravivé les souvenirs des 51 jours de guerre à Gaza, une guerre qui a tué 2.100 Palestiniens et en a blessé 11.000 autres.

Les frappes aériennes ont provoqué des ruptures de courant dans les zones résidentielles proches et ont semé la panique parmi les civils, ont déclaré des témoins. Les services de sécurité palestiniens, dans l’intervalle, ont évacué leurs bureaux un peu partout dans l’enclave par crainte de possibles attaques israéliennes, a affirmé une source de ces services interrogée par l’agence de presse Anadolu.

L’armée israélienne a déclaré que les frappes aériennes « visaient un site d’infrastructures terroristes du Hamas ».

Les F-16 israéliens ont poursuivi leurs vols à basse altitude sur toute la bande de Gaza dans la matinée de samedi.

Vendredi, Israël a prétendu qu’une roquette avait été tirée depuis Gaza dans la région sud du Néguev, sans toutefois tuer ni blesser personne. Le porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Peter Lerner, a affirmé dans une déclaration que « l’organisation terroriste du Hamas était responsable de l’attaque de ce jour contre Israël et qu’elle allait devoir en rendre des comptes ».

Des sources palestiniennes ont dit ignorer si des roquettes avaient été tirées depuis Gaza.
Vendredi après-midi, les troupes israéliennes ont ouvert le feu contre un groupe de Palestiniens, dans l’est de Jabaliya, faisant quatre blessés.

Le docteur Ashraf Al-Qudra, porte-parole du ministre de la Santé de Gaza, a déclaré que les jeunes qui avaient été blessés avaient entre 18 et 20 ans et qu’ils avaient été transférés à l’hôpital Kamal Adwan pour y être soignés.

Ces quatre jeunes font partie des dizaines d’autres Palestiniens qui ont été blessés à Gaza – l’un a perdu la vie – depuis la fin de la guerre cet été.

Les frappes aériennes ont eu lieu quelques jours à peine après qu’un tribunal de l‘Union européenne a ordonné que le Hamas soit radié de la liste des terroristes de l’UE, une mesure fermement condamnée par les hauts responsables israéliens.

En attendant, Israël a promis de permettre à 700 chrétiens palestiniens de Gaza de se rendre à Bethléem et en Jordanie pour les célébrations de Noël.

Publié le 20 décembre 2014 sur Middle East Eye. Traduction pour ce site : JM Flémal.

Print Friendly, PDF & Email