Israël interdit à la famille de rendre visite au gréviste de la faim gravement malade

Israël refuse à la famille de Muhammad al-Qiq de lui rendre visite, alors que le gréviste de la faim est gravement malade à l’hôpital où il est détenu.

Du fait que l’état de santé d‘al-Qiq ne cesse de se détériorer, sa femme Fayha Shalash et ses deux jeunes enfants sont désespérés de ne pouvoir venir à son chevet.

Fayha Shalash, la femme du journaliste palestinien al-Qiq, en grève de la faim et gravement malade, avec son fils à leur domicile dans le village de Dura (Cisjordanie), le 20 janvier. Al-Qiq, qu’on peut voir sur l’affiche, a entamé sa grève de la faim en novembre, pour protester contre sa détention arbitraire par Israël. (Photo : Wisam Hashlamoun APA images)

Al-Qiq, un journaliste de 33 ans originaire du village de Dura, en Cisjordanie occupée, pourrait à tout moment subir un arrêt de fonctionnement de ses organes, après avoir refusé toute nourriture depuis 86 jours pour protester contre sa détention sans la moindre accusation ni procès.

Dans l’espoir de pouvoir lui rendre visite, sa famille soumis des requêtes urgences par le biais de l’Autorité palestinienne et de la Croix-Rouge, a communiqué l’organe d’information Quds.

Muhammad al-Qiq à l’hôpital d’Afula, le 10 février. (Photo : Oren Ziv ActiveStills)

Vendredi, le Club des Prisonniers palestiniens, dont les avocats représentent al-Qiq, a déclaré que les autorités israéliennes d’occupation ont une fois de plus rejeté une requête en vue de permettre aux membres de la famille de se rendre à l’hôpital HaEmek à Afula, une ville de l’actuel Israël, et de rendre visite à al-Qiq.

Selon le groupement, le refus viole l’ordonnance du 4 février de la Haute Cour d’Israël, qui suspendait la détention administrative d’al-Qiq et qui stipulait en outre qu’il pouvait recevoir de la visite.

Le Club des Prisonniers palestiniens a déclaré que les efforts se poursuivent pour tenter de persuader Israël de permettre à sa famille de voir al-Qiq, étant donné son très dangereux état de santé.

Pas d’autorité légale

Jeudi, le groupe des droits de l’homme israélien B’Tselem a adressé un appel urgent au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou afin qu’il fasse libérer al-Qiq.

L’appel critiquait la décision de la Haute Cour israélienne de rejeter la requête d’al-Qiq en vue d’être transféré dans un hôpital de Ramallah, en dépit du fait que la cour avait manifestement suspendu son ordonnance de détention administrative.

B’Tselem a déclaré que la décision de la cour « reflétait une nouvelle régression dans l’approche instrumentaliste des êtres humains » et qu’al-Qiq était actuellement détenu sans la moindre autorité légale.

« Puisque la liberté d’al-Qiq est actuellement limitée par une autorité non existante, il est malaisé d’identifier l’institution qui porte la responsabilité directe de sa privation prolongée de liberté et de la mise en danger de son existence », a écrit le directeur de B’Tselem, Hagai Elad, à Netanyahou.

Et Elad d’ajouter : « Cette responsabilité incombe-t-elle au commandant militaire qui a émis l’ordonnance originale de détention et qui, dans l’intervalle, a été « suspendue » ? Incombe-t-elle au procureur général, qui est responsable de la direction juridique adéquate de l’État ? Incombe-t-elle au président de la Cour suprême, dont les collègues ont concocté un nouveau mythe juridique – une personne qui n’est pas libre, n’est pourtant pas en état d’arrestation ? »

Au début de cette semaine, Amnesty International a appelé Israël à « faciliter d’urgence le transfert [d’al-Qiq] dans un hôpital palestinien à Ramallah ».

Des protestations de Palestiniens en Cisjordanie occupée, dans la bande de Gaza et dans l’actuel Israël se sont poursuivies en guise de soutien à al-Qiq.

La femme d‘al-Qiq, Fayha Shalash, a lancé un appel par vidéo ce jeudi, demandant instamment aux gens du monde entier d’accroître les pressions sur Israël pour qu’il libère son mari.


 

Publié le 19 février 2016 sur The Electronic Intifadah
Traduction : Jean-Marie Flémal

D’autres articles concernant Mohammad al-Qiq publiés sur ce site

ali-abunimah-21Ali Abunimah, journaliste palestino-américain est le cofondateur de ’The Electronic Intifadaet auteur des livres  One Country : A bold Proposal to end the Israeli-Palestinian Impasse et The battle for Justice in Palestine

On peut suivre Ali Abunimah sur Twitter : @AliAbunimah

D’autres article d’Ali Abunimah ou parlant de lui, sur ce site

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email