En photos : 4 jours de heurts à Aida, après que des activistes ont percé le mur

Lundi, c’était le quatrième jour d’affilée dans une série de heures entre résidents du camp d’Aida et les forces israéliennes, après que des activistes palestiniens ont percé le mur de séparation qui entoure le camp.

Munthir Amira, membre du comité populaire local, a déclaré à l’adresse de Ma’an que les forces spéciales israéliennes avait lancé un raid contre le camp de réfugiés de la région de Bethléem, lundi soir, et qu’ils avaient arrêté Muatasim Basim Abu Khdeir, 24 ans.

Un certain nombre de militaires israéliens sont rassemblés dans la zone d’Aida’s Key of Return (Aida, clé du retour), a déclaré Amira. Des troupes sont également stationnées sur les toits des maisons des résidents, les utilisant comme postes militaires durant les heurts avec les Palestiniens dans cette zone.

aida_violences_1

aida_violences_2

Le raid a eu lieu le même jour où les forces israéliennes ont remis en place une section du mur de séparation qui avait été détruite par des Palestiniens du camp d’Aida quelques jours plus tôt, le jeudi.

 

aida_violences_3 aida_violences_5

aida_violences_4 aida_violences_6

Huit jeunes Palestiniens ont été blessés par des balles enrobées de caoutchouc, ce dimanche, au cours des heurts, ont déclaré des médecins à l’adresse de Ma’an.

Les forces israéliennes ont également ouvert le feu sur la voiture du photographe de l’Associated Press, Iyad Hamad, au moment où il couvrait les heurts.

Ce même dimanche, des témoins dans le camp ont déclaré que deux membres de la police israélienne des frontières avaient été blessés après que des Palestiniens leur eurent jeté des briques à partir d’un toit situé près d’une école du camp.

aida_violences_7

Le camp d’Aida est un site où des heurts se produisent fréquemment, du fait qu’il est situé près de la Tombe de Rachel, qui est entourée sur trois côtés par le mur de séparation israélien, bien qu’il se trouve au beau milieu de la ville palestinienne de Bethléem.

Les forces israéliennes ont touché plus de 20 jeunes avec des balles enrobées de caoutchouc et des munitions réelles pendant les heurts qui ont eu lieu presque quotidiennement en décembre et en janvier, et des heurts continuent à éclater occasionnellement, dans la région.

Il y a 19 camps de réfugiés, en Cisjordanie occupée, dans lesquels vivent environ un quart des 771.000 réfugiés enregistrés sur le territoire.

Plus de 760.000 Palestiniens – estimés aujourd’hui à 4,8 millions en comptant leurs descendants – ont été contraints à l’exil ou chassés de leurs maisons dans le conflit autour de la création d’Israël en 1948


Publié le 26 mars 2014 sur Ma’an News Agency. Traduction : Flémal Jean-Marie.

Print Friendly, PDF & Email