Emprisonné par « la seule démocratie du Moyen-Orient » pour usage non conforme de Facebook

Qu’on se le dise une fois de plus : Israël est une démocratie moderne et ouverte, respectueuse des libertés individuelles et en particulier de la liberté d’opinion et d’expression…, rien à voir avec l’Iran ou des bloggeurs sont traqués par les autorités… Sauf que Razi al-Nabulsi, 23 ans, un militant palestinien ayant la citoyenneté israélienne qui réside à Haïfa, a été emprisonné pendant une semaine par la police israélienne pour avoir publié un « statut » sur Facebook… dont on ne peut officiellement pas connaître le contenu « pour des raisons de sécurité« . La police et les services secrets israéliens considèrent qu’il relève de « l’incitation ». Car l’occupant israélien ne veut pas seulement que les Palestiniens subissent passivement son oppression, il veut qu’on l’aime ! Un objectif certainement favorisé par le fait que l’avocat de Razi al-Nabulsi a été contraint d’assurer la défense de son client contre des accusations dont les éléments constitutifs – le contenu de ce que le jeune homme avait posté sur Facebook – est tenu secret. La Justice rendue comme il convient dans un pays démocratique, quoi…

Photo : Activestills
Photo : Activestills

Donc, le 9 octobre dernier, la police est venue frapper à la porte du domicile du jeune homme en l’accusant d’avoir « menacé la sécurité de l’Etat d’Israël « . Après sa remise en liberté (très surveillée) une semaine plus tard, Razi al-Nabulsi a été assigné à résidence pour 5 jours de plus avec interdiction d’utiliser son téléphone portable ou un ordinateur (qui ont d’ailleurs été confisqués « pour les besoins de l’enquête », ce qui limite beaucoup l’usage subversif qu’il pourrait en faire). Parmi les trois accusations qui pèsent contre le jeune Palestinien, a expliqué son avocat, figurent celle de « support à des groupes terroristes, incitation au terrorisme et à la violence, appels au déclenchement d’une troisième intifada menaçant la sécurité de l’Etat d’Israël« , laquelle semble donc plus que jamais bien fragile. C’est bien la peine de pomper des milliards d’aide militaire à l’Oncle Sam et de détenir l’arme atomique si un « post » sur Facebook vient menacer toute cette belle mécanique coloniale ! Ce qui est en cause, pour autant qu’on puisse savoir, ce sont des commentaires laissés par Razi al-Nabulsi sur la page Facebook de al-Nabulsi (« encyclopédie des sciences islamiques ») à propos notamment du « Plan Prawer » (qui vise à la destruction de 35 villages de Bédouins du Negev et à la confiscation au profit d’Israël de terres appartenant à cette minorité méprisée et opprimée). L’accusé a fait valoir que ses textes, initialement écrits en arabe, ont été traduits en hébreu à l’usage des juges soit de manière inexacte, soit de façon à donner à ses propos une tonalité beaucoup plus violente qu’en réalité. Pendant la période où le jeune Palestinien a été détenu, et à de nombreuses reprises interrogé par des agents du Shin Bet, des juges israéliens ont à plusieurs reprise prolongé sa détention, estimant qu’il représentait « un danger potentiel « . Il est apparu que son utilisation des « réseaux sociaux » était sous étroite surveillance depuis le mois de juillet. Parmi les  écrits qui lui sont reprochés par les services israéliens, et sur lesquels il a été longuement interrogé, figure cette phrase :

 »  Un jour le cauchemar prendra fin « 

La police et le Shin Bet sont convaincus que cette phrase signifie que l’auteur souhaite la disparition de l’Etat d’Israël. Est-il utile de préciser qu’il s’agit là, dans leur chef, d’un incroyable aveu : ils reconnaissent par le fait même qu’Israël EST un cauchemar pour (au moins) 20% de sa population… L’association « Reporters sans frontières » a classé Israël au 122ème rang de son classement mondial de la liberté de la presse pour 2013, notamment en raison du contrôle permanent et structurel exercé par les militaires et des « services de sécurité » sur la liberté (par ailleurs indéniable) dont jouissent les journaliste israéliens.

LD

 

Print Friendly, PDF & Email