Des shekels à la sauce « Free Palestine« 

Des jeunes Palestiniens ont lancé – notamment via Facebook – une campagne pour encourager leurs concitoyens à écrire au marqueur les mots « FREE PALESTINE » sur les billets de banque israéliens, qui sont utilisés tant en Cisjordanie que dans la Bande de Gaza, puisqu’il n’existe pas de monnaie nationale palestinienne.

freepalmoney

Ils considèrent la chose comme « un moyen de résistance non-violent, créatif et innovant » pour propager le mot d’ordre « FREE PALESTINE« . Les jeunes Palestiniens, écrit l’agence de presse Ma’an, utilisent de plus en plus les réseaux sociaux comme moyen de résistance, à l’exemple de ce qu’on a pu observer en Égypte et en Tunisie.

Des étudiants et des militants de Gaza ont utilisé Facebook pour mobiliser en faveur d’un grand « sit-in » devant les ambassades israéliennes en signe de solidarité avec les réfugiés palestiniens, le 15 mai.

D’autres ont aussi utilisé les « réseaux sociaux » Facebook et Twitter pour revendiquer la fin de la division nationale et appeler à des manifestations d’unité. Le groupe « Gaza Youth Breaks Out » a appelé à une révolution pour mettre fin à la division entre Palestiniens, et depuis le 15 mars plus de 20.600 personnes se sont jointes à leur initiative. Un problème est cependant que la multiplication des initiatives du genre sur Facebook donne à son tour une image de division et de dispersion des forces (des militants du Fatah et d’autres du Hamas ont d’ailleurs lancé via Facebook des appels à renverser le gouvernement de la force rivale…), et que maintenant une dizaine de groupes discutent pour tenter de fusionner…

Pour en revenir à l’action de protestation consistant à écrire sur les billets de banque israéliens, la « Palestinian Banking Society » a lancé dimanche un avertissement : le mouvement, dit-elle, pourrait s’avérer très coûteux, dès lors que les banques israéliennes risquent fort de refuser d’accepter les coupures ainsi marquées.

Selon le directeur de la « Palestinian Banking Society« , Nabil Abu Diab, les billets portant le slogan « FREE PALESTINE » deviendraient donc instantanément sans valeur.

Voire ! En effet, même refusés par les banques israéliennes, ces billets pourraient parfaitement continuer à circuler dans les territoires palestiniens… et devenir de facto et ironiquement une monnaie palestinienne. Qu’est-ce qu’un billet de banque palestinien ? Un billet israélien + un slogan écrit au marqueur indélébile…

Print Friendly, PDF & Email