Dans ses écoles, la municipalité de Tel Aviv gomme le Dôme du Rocher de Jérusalem

Des écoles de Tel Aviv ont reçu de la municipalité, voilà quelques jours, de splendides affiches représentant un panorama de la vieille ville de Jérusalem, avec au premier plan le “Mur des Lamentations”, surmonté du très reconnaissable dôme doré de la mos… Ah tiens, non ! Le dôme et la mosquée ont disparu de la photo ! Plus de site saint musulman sur ce que les juifs Israéliens appellent “Le Mont du Temple”. De LEUR temple, bien entendu.

Interpellée à ce propos, la municipalité, la municipalité de Tel Aviv a rejeté la responsabilité de cette “erreur” sur le fournisseur des affiches : c’est lui qui aurait récupéré cette image dans une banque d’images en ligne, et qui aurait – tout à fait IN-VO-LON-TAI-RE-MENT – choisi cette image “photoshopée” qui efface la présence musulmane. On est prié de n’y voir aucune intention maligne. Et défense de rire !

La municipalité de Tel Aviv affirme avec emphase que “les posters qui ont été placés dans des écoles de la ville représentent l’engagement de la municipalité en faveur de l’éducation, notre fierté et notre amour pour l’État d’Israël, une initiative digne d’éloges qui a suscité beaucoup de compliments”. Et d’ajouter qu’on ne peut pas en vouloir à celui ou ceux qui ont sélectionné cette image, car “il s’agit d’un détail, qui a pu échapper à un œil non entraîné… Nous n’avons jamais imaginé que quelqu’un ait pu intentionnellement effacer un site historique…”. La personne responsable de cette “erreur grave” sera “priée de fournir des explications”.

En fait, ce n’est pas la première fois que les Israéliens expurgent ainsi l’image du “Ḥaram aš-Šarīf” (ou  “Noble Sanctuaire”) de la présence musulmane dans ce qu’elle a de plus visible. Il y a quelques années, le rabbinat militaire avait déjà diffusé, à l’occasion de la fête juive de Hanukkah, la même photo truquée, insérée dans un montage audio-visuel diffusé dans les unités de l’armée israélienne. Il s’agissait prétendûment de représenter Jérusalem à l’époque du “Second Temple”, avant la construction du “Dôme du Rocher” (achevé en l’an 691).

Cette affaire est un élément de plus qui vient nourrir les craintes des Palestiniens, et des musulmans plus généralement, concernant les intentions israéliennes à propos des lieux saints musulmans de Jérusalem. On se souvient que très récemment la vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely (Likoud) avait déclaré qu’elle “rêve de voir le drapeau israélien flotter” sur le “Mont du Temple” (le “Ḥaram aš-Šarīf” ), tandis que la pression des extrémistes religieux – très bien représentés aux plus hauts niveaux du pouvoir israéliens – qui veulent “reconstruire le Temple” et donc détruire les édifices musulmans érigés sur le site  s’est considérablement accrue.

On se reportera par exemple aux articles de Jonathan Cook (L’encerclement d’al-Aqsa par Israël est « presque total ») et Ilan Pappe (La destruction d’al-Aqsa n’a rien d’une théorie de la conspiration) déjà publiés ici récemment.

L.D.

Print Friendly, PDF & Email