« Boycottez toutes les universités israéliennes ! »

Le Centre universitaire Ariel dans les territoires occupées

L’Union européenne et Israël veulent nouer des liens dans bon nombre de domaines. Au même moment, on apprend que le Centre universitaire Ariel, dans la colonie de Samaria, en Cisjordanie se mue en une véritable université. « Que l’on boycotte toutes les universités et institutions culturelles d’Israël dès maintenant ! Jusqu’à ce que la décision de faire une université de l’école d’Ariel soit annulée », écrit le philosophe Lieven De Cauter.

Un régime qui, depuis des années, foule aux pieds toutes les lois internationales, est aujourd’hui notre partenaire privilégié (De Standaard, 24 août)(1).

Le Centre universitaire Ariel dans les territoires occupées
Le Centre universitaire Ariel dans les territoires occupées

Bravo ! L’accord de l’UE avec Israël est un accord signé avec un régime d’apartheid. Ni plus ni moins. C’est une honte. Une hypocrisie de A jusqu’à Z. Et cela, précisément où ils font une ville universitaire de la colonie illégale d’Ariel. La colonisation de la Palestine prend son pli définitif avec une ville universitaire. Ariel, fleuron de la couronne d’un crime contre l’humanité qui dure depuis 60 ans.

C’était déjà clair : depuis soixante ans, tous les gouvernements israéliens sans exception mènent une politique très conséquente d’épuration ethnique, d’annexion de territoires, d’apartheid, de vol d’eau et autres sources, de châtiment collectif de la population, etc. Cela ne cesse de s’empirer. Et c’est avec une telle politique criminelle que nous allons être out sucre tout miel, sous le prétexte que cela « fonctionne de façon correctrice » (DS, 24 août). Ne me faîtes pas rire !

Non, l’Europe, cela fonctionne avec confirmation. « Regardez, nous sommes un partenaire priviligié de l’UE ! Aujourd’hui, il est quand même on ne peut plus manifeste que tous ceux qui critiquent Israël sont des antisémites, quand même !  » Bravo au lobby pro-israélien. Cela a pris un peu de temps , un certain retard s’est accumulé, mais c’est un fait : l’Europe baise les pieds d’Israël.

Ceci est un camouflet pour tous les Palestiniens qui depuis 60 ans, souffrent sous le dernier projet européen de colonisation (car les sionistes étaient et sont des Européens). La Nakba, l’épuration ethnique de la Palestine, est et reste le seul crime à grande échelle contre l’humanité à être nié jusqu’à ce jour. Et celui qui fait allusion à ce négationnisme, on lui fait des ennuis, on lui cloue le bec et on va même jusqu’à le poursuivre. Je propose que l’Europe suive Lieberman et qu’elle déclare punissable l’utilisation du terme « Nakba » et, pourquoi pas aussi, qu’elle catalogue légalement comme antisémitisme toute critique exprimé à l’encontre d‘Israël. Félicitations, l’Europe.

Le seul point lumineux dans cette arrogance à vomir, c’est que les universités israéliennes ne sont pas ravies de cette université illégale : les recteurs protestent (DS, 24 août). Mais la question est de savoir si cela rapportera beaucoup. On peut également se cela n’est pas davantage qu’un petit truc pour retirer le vent dans les voiles dont bénéficie actuellement l’appel au boycott universitaire et culturel d’Israël et qui, aujourd’hui, devrait retentir plus fort que jamais (mais entends-je quelque chose ?)

Que l’on boycotte toutes les universités et institutions culturelles d’Israël dès maintenant ! Jusqu’à ce que la décision de faire une université de l’école d’Ariel soit annulée !

Messieurs les recteurs de tous les pays, au travail ! Tous les contacts et projets structurels (non individuels!) avec des universités et des institutions culturelles israéliennes doivent être gelés dès maintenant ! Collègues professeurs et personnalités culturelles,  il est grand temps de fonder le BUCBI (Boycott universitaire et culturel belge d’Israël). Je le dis depuis des années, mais il faut vraiment y aller maintenant. Qui participe ? A moins que tout le monde ait peur de Michael Freilich (2) et des siens ?


(1) voir aussi :  L’Europe récompense la politique israélienne d’occupation et d’apartheid avec de nouvelles coopérations.
(2) animateur du site sioniste Joods actueel.

Publié sur De Wereld Morgen, le 25 juillet 2012. Traduction pour ce site : Jean-Marie Flémal

lieven-de-cauter-Lieven De Cauter est philosophe, écrivain et historien de l’art, ainsi que professeur à L’Université de Leuven.

 

 

Print Friendly, PDF & Email