Au conseil communal de rentrée à Charleroi

Une quinzaine de membres de la Plate-forme Charleroi-Palestine étaient présents au Conseil communal de Charleroi du lundi 7 septembre et pour cause.

Au mois de juillet, un Arrêté de police de la Ville de Charleroi lui a été signifié, l’empêchant de distribuer un tract pour le boycott sportif d’Israël sur l’ensemble du territoire de Charleroi (102 km2)

ccc2

C’est coiffé d’un keffieh palestinien (qui selon l’Arrêté peut être considéré comme un signe incitant à la violence et la haine) que les conseillers Sofie Merckx et Xavier Desgain ont interpellé les autorités communales.

Sofie Merckx pour le PTB remet en cause « aussi bien la manière dont vous avez pris des mesures unilatérales en termes de limitation de libertés fondamentales, qui plus est sur une base anticipative, que votre analyse de fond sur le conflit Israelo-palestinien. » (associant, par exemple, les appels à la violence et la haine à la défense des droits palestiniens).

C’est pourquoi, elle demande à Paul Magnette, » d’exprimer des excuses pour le traitement injuste, unilatéral et inadéquat que vous avez infligé aux associations présentes sur votre territoire et qui n’ont plus à prouver qu’elles défendent les couleurs de la démocratie. Par ailleurs, nous pensons qu’il s’agit d’une belle opportunité pour une ville telle que Charleroi de marquer le coup et de se considérer comme « ville contre l’apartheid en Palestine »

Xavier Desgain pour ECOLO estime également qu’une correction des autorités communales s’impose :  « La Plate-forme est qualifiée d’anti-démocratique et même on laisse sous-entendre que c’est une source de violence. Excusez-moi, j’ai déjà manifesté plusieurs fois avec cette Plate-forme, ce ne sont pas des gens qui sont anti-démocratiques. Vous me qualifiez indirectement de quelqu’un qui n’est pas démocrate, je ne peux pas l’accepter. »

ccc6L’échevine Françoise Daspremont, sort les grandes phrases (« procès d’intention à l’égard du collège et de la police« ) et les arguments de sécurité.  De plus, elle déforme complètement des propos attribués à la personne dite « responsable de l’action ».

Il est utile de préciser que la Plate-forme, dans une réunion d’urgence et après avoir examiné l’Arrêté de police,  a annulé l’action qui était de toutes manières impossible dans ces conditions. Voir la réaction par communiqué de presse à ce texte tout à fait unilatéral, de mauvaise foi et disproportionné, entravant sa liberté d’expression.

ccc1

Paul Magnette, bourgmestre « empêché » doit bien avouer que la Plate-forme Charleroi-Palestine n’a rien d’antidémocratique, mais se refuse à la moindre critique sur le texte de l’Arrêté.

Vous pouvez regarder le débat ici, à partir de la minute 19:30 : https://www.youtube.com/watch?v=ceWEsQHD67U

Il est clair, que vu la restriction importante à la liberté d’expression pour la Palestine et les injures à son égard, la Plate-forme n’en restera pas là. D’autres actions sont prévues. Suivez l’actualité de cette fin de semaine !

Print Friendly, PDF & Email