La mission internationale pour la Palestine du 8 juillet : c’est bien parti.

Stone collectors remove rubble from Yasser Arafat International Airport in southern Gaza. The airport was destroyed by Israeli warplanes in 2001 and 2002, and has become a source of building materials for much needed reconstruction in Gaza.

Plus de 800 personnes se sont rassemblées à Paris ce vendredi 6 mai  entre 13 h et 22 h à un meeting de solidarité avec la mission internationale du 8 juillet. Alors que la Flottille internationale se prépare pour partir à Gaza au mois de juin, une autre mission internationale, celle du 8 juillet,se prépare pour se rendre en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Les participants passeront tous le même jour par l’aéroport de Tel Aviv en affirmant leur volonté de se rendre en Palestine occupée.

Des centaines de personnes de divers pays ont d’ores et déjà pris leur ticket d’avion, afin de répondre à l’appel de quinze organisations palestiniennes (et la mobilisation continue !…). A Paris, des personnalités importantes ont donné leur appui à la mission.

Tariq Ramadan a souligné que le peuple palestinien continuait à subir une oppression terrible, alors que les mouvements de libération fleurissaient dans de nombreux pays, et qu’il était nécessaire pour les citoyens de conscience du monde entier de soutenir la résistance palestinienne. Il souligne qu‘il faut soutenir la mission intellectuellement, médiatiquement, physiquement. « Personnellement je serai en Afrique du Sud, mon corps ne sera pas avec vous, mais mon cœur y sera ! »

Lubna Marsawa, palestinienne de Jérusalem Est, qui a participé à 5 Flotilles pour Gaza (dont 3 ont pu atteindre Gaza et deux ont été arraisonnées, lui valant de rester plusieurs jours emprisonnée en Israël), a souligné que la société civile européenne constituait aujourd’hui une des seules fenêtres d’espoir pour les Palestiniens.

« Nous avons tout essayé, les négociations, ainsi que toutes les formes de résistance, mais la situation ne cesse d’empirer avec des démolitions de maisons toujours plus nombreuses et un nombre croissant de révocations de leur citoyenneté pour les résidents de Jérusalem Est ».
« Attention, a-t-elle alerté. Il y a actuellement un déficit d’attention de l’opinion publique internationale sur la situation catastrophique des Palestiniens de Jérusalem Est et de Cisjordanie, sans parler des Palestiniens vivant en Israël ou encore des millions de réfugiés palestiniens qui n’ont pas le droit de mettre les pieds en Palestine. Ne tombez pas dans le piège tendu par les Israéliens », nous a-t-elle dit. « Ne saucissonnez pas la Palestine et les Palestiniens. Nous formons un tout, et Israël a intérêt à ce que les projecteurs soient uniquement tournés vers Gaza, pendant que s’accélère le nettoyage ethnique de l’autre côté. Nous avons besoin de vous sur tous les fronts. Et la mission du 8 juillet 2011 est une initiative absolument cruciale, historique, dans un contexte de révolutions dans bon nombre de pays ».

Ronnie Barkan, opposant israélien, également de passage à Paris, a décrit l’isolement des militants israéliens qui luttent comme lui contre les bases mêmes de l’État d’Israël fondé sur le racisme, les discriminations, le nettoyage ethnique. « Israël ne se transformera pas en une démocratie par un coup de baguette magique. La lutte pour l’égalité des droits, la fin de l’occupation, des discriminations et pour le droit au retour des réfugiés palestiniens, toutes choses qui reviennent à se battre pour des valeurs universelles, ne peut être menée à bien sans votre participation active », a-t-il insisté.

oberlin_chrChristophe Oberlin, chirurgien français qui a dirigé une trentaine de missions chirurgicales à Gaza, répond à la question « Est-ce que les participants à la mission passeront ? »

« Il y a dix ans que je me pose cette question » répond le Dr Oberlin. Son équipe médicale a connu de nombreuses difficultés pour se rendre à Gaza (voir son livre « Chroniques de Gaza , 2001-2010 » qui vient de sortir aux Editions Demi-Lune, collection Résistances). Mais il a continué à se rendre à Gaza, pour travailler, pour enseigner, pour témoigner.
Christophe Oberlin rappelle la Gaza Freedom March, où 1.400 interna­tio­naux, bloqués au Caire et qui n’ont pas pu se rendre à Gaza, on quand même pu faire entendre leur message de solidaritéi contre le blocus de Gaza,  au monde entier. Et il conclut : « Quelque soit l’issue de votre mission, ce sera forcément un succès ! »

Après avoir donné la parole aux délégations allemande et belge, Olivia Zémor, présidente d’Europalestine souligne que les participants exigent le droit à circuler librement dans les territoires palestiniens, sans avoir à mentir ou se cacher. «  Nous sommes obligés de passer par l’aéroport de Tel Aviv, car celui de Gaza a été détruit par les israéliens. Nous avons des droits. Et les palestiniens nous disent : ‘Si vous voulez défendre vos droits, défendez les vôtres.’ Nous ne laisserons pas des gens pris à part. ».

Ci-dessous une petite vidéo réalisée par Press TV (en anglais)

Print Friendly, PDF & Email