Condamnation confirmée en appel pour un nervis de la « Ligue de Défense Juive » en France

La Cour d’Appel de Paris a confirmé vendredi la condamnation, à 3 mois de prison avec sursis, de Steve Bismuth, membre actif de la « Ligue de Défense Juive » (LDJ), pour menaces de mort à l’encontre des membres de l’association « Coordination des Appel pour une Paix Juste au Proche-Orient »-Europalestine.

Bismuth a en outre été condamné à verser 1.500 € de dommages et intérêts à CAPJPO-EuroPalestine, plus 2.300 € au titre des frais de justice.

Il était poursuivi pour avoir produit, en février 2009, un e-mail ordurier, assorti d’une vidéo promettant aux membres de CAPJPO-EuroPalestine un traitement « à l’israélienne »*. Le premier jugement le condamnant avait été prononcé en janvier 2010.

Mais toujours aussi convaincu d’une impunité éternelle, Bismuth avait fait appel. Mieux, pour cette audience d’appel qui a eu lieu le 29 octobre 2010, il avait fait venir ses camarades de la LDJ qui, en plein Palais de Justice, où les gendarmes les avaient une nouvelle fois laissé pénétrer avec leurs casques, s’étaient à nouveau livrés à des provocations. Au prix de 24 heures de garde à vue bien méritée pour deux de ces voyous.

De son côté, l’avocat de Bismuth, lui aussi pénétré d’arrogance, avait personnellement revendiqué des antécédents d’appartenance à une autre bande fasciste, le Bétar. Sans convaincre la cour, comme on le voit.

Le cas Bismuth est l’un des plus bénins dans la longue liste de violences exercées par les bandes sionistes, avec la complicité du gouvernement français. D’autres affaires d’agressions contre les défenseurs des droits du peuple palestinien (attaque d’un théâtre, attaque d’une soirée culturelle palestinienne, notamment), sont toujours à l’instruction.


* l’expression, venant d’un connaisseur, est en soi un formidable aveu quant à la nature de l’Etat d’Israël et quant à sa prétention à être une démocratie… NDLR

Print Friendly, PDF & Email