A Nazareth Illit les parents d’enfants juifs veulent l’apartheid dès le jardin d’enfants

Le jardin d'enfants Lilach à Nazareth Illit. (Photo : Eran Gilvarg/Walla News)

Il y a quelques jours à peine, le quotidien Haaretz publiait les résultats dérangeants – bien que non surprenants – d’un sondage effectué parmi des Israéliens juifs et révélant que la plupart des Israéliens soutenaient le régime d’apartheid en Israël. [1]

Parmi les nombreuses données dérangeantes de ce sondage, nous relevons que 42% des personnes interrogées ne veulent pas vivre dans un immeuble également occupé par des Arabes et que 42% ne veulent pas non plus que leurs enfants aient des condisciples arabes dans leur classe.

Le jardin d'enfants Lilach à Nazareth Illit. (Photo : Eran Gilvarg/Walla News)
Le jardin d’enfants Lilach à Nazareth Illit. (Photo : Eran Gilvarg/Walla News)

Assez rapidement, on a pu en voir des exemples dans la réalité. Selon le site d’information de Walla sur Internet, les parents d’enfants juifs du jardin d’enfants « Lilach »,  à Nazareth Illit, menacent de faire grève et de fermer le jardin d’enfants si celui-ci intègre un projet qui rassemblera des enfants arabes et juifs.

Le jardin d’enfants « Lilach », dans la ville de Nazareth Illit, a été inclus dans le projet pilote du ministère israélien de l’Éducation. Le nouveau projet, « Connaître ce qui est différent », est destiné à créer des liens entre Juifs et Arabes afin de promouvoir la « coexistence ». En tant que composante de ce projet, « Lilach » va accueillir chaque semaine les enfants du jardin d’enfants « Nitsan », auquel des familles palestiniennes de Nazareth Illit confient leurs enfants. Le projet cherche à mettre en contact les enfants avec la culture des deux côtés et à promouvoir la coopération éducationnelle entre les deux.

Les parents des enfants juifs tentent d’empêcher la réalisation de ce projet de toutes les manières possibles. Le président du comité des parents a confié à Walla : « Je ne collaborerai en aucun cas à ce que ma famille apprennent les us et coutumes de la communauté arabe. » Et d’ajouter : « Pour moi, c’est déjà assez que nous vivions à proximité les unes des autres, il n’est nullement nécessaire que nos enfants soient éduqués en compagnie d’enfants arabes. »

L’une des mères a surenchéri : « Je ne comprends pas pourquoi mon fils devrait apprendre les traditions de Noël ou d’autres coutumes non juives. Nous vivons en Israël, un pays à caractère juif. Je ne vois pas l’utilité de tenter d’éduquer nos enfants de façon différente. »

Les parents juifs ont fait appel au rabbin de Nazareth Illit, Rabbi Yesha’yahu Herzel, lui demandant de convaincre le maire, Shimon Gabso, d’annuler le projet. Le rabbin a expliqué à l’adresse de Walla : « On a examiné la question. Je comprends le désir des parents. Nous avons suffisamment de problèmes d’intégration dans notre propre nation. »

Il a ensuite expliqué : « Les parents sont préoccupés du fait que ce genre de relations pourraient créer des problèmes, à l’avenir, tels que l’assimilation ou le contact de nourritures non kasher. » Le comité des parents a menacé le conseil local et le ministère de l’Éducation de clôturer l’année scolaire et de fermer le jardin d’enfants si on ne trouvait pas de solution. « Nous voulons établir une séparation complète, dans le jardin d’enfants », a expliqué le président du comité.

Les parents ont le soutien d’un personnage élu de la ville, Wolf Hartmann, membre du conseil municipal et candidat à la mairie, qui a déclaré : « Nous considérons ce problème comme très grave. J’adresserai une demande au ministre de l’Éducation et lui présenterai la gravité du problème. Je ne doute pas que ce projet soit annulé. »

Nazareth Illit (Nazareth « ville haute ») a été créé au milieu des années 1950 comme colonie juive sur des terres confisquées à la municipalité du grand Nazareth et des villages palestiniens avoisinants. Au fil des années, nombre de familles palestiniennes sont allées résider à Nazareth Illit. On estime qu’elles composent aujourd’hui quelque 20% de la population de la ville, ce qui est perçu par de nombreux mouvements et personnalités racistes comme une « menace » au caractère juif de la ville. Vous pouvez en savoir plus à propos de la ville, à propos d’une autre cas de racisme. (en anglais).

Si tel est l’environnement dans lequel les enfants juifs sont élevés, outre le système éducatif qui leur enseigne la haine et la société militariste dans laquelle ces mêmes enfants naissent, il n’est guère étonnant que la majeure partie des Israéliens soutiennent l’apartheid.


[1] Un sondage révèle que la plupart des Juifs israéliens soutiennent le régime d’apartheid en Israël

Cet article a été publié la première fois le 26 octobre 2012 par AbirKopty.wordpress.com.

Abir Kopty est une activiste palestinienne membre de plusieurs mouvements et organisations favorables au changement social portant surtout leur attention sur le féminisme, les droits de l’homme et la lutte pour mettre un terme à l’occupation de la Palestine par Israël. Elle travaille comme analyste et consultante des médias et a naguère été membre du conseil municipal de Nazareth et porte-parole de Mossawa, le Centre de promotion des citoyens arabes en Israël. Elle détient une maîtrise en communication sociale de l’Université de la Ville de Londres.

Print Friendly, PDF & Email