Cisjordanie : le nettoyage ethnique au jour le jour

Pour la deuxième journée consécutive, dans la vieille ville de Hébron, des colons juifs fanatiques (désolés pour le pléonasme) ont violemment agressé des familles arabes à l’heure du coucher du soleil, au moment où elles se rassemblaient pour la rupture du jeûne (iftar) en cette période de Ramadan.

Il s’agit de colons de la colonie de Yeshai, construite sur des terres palestiniennes volées. Les attaques ont eu lieu à Tal al-Rumaida et Jabal al-Rahma. Les colons, toujours armés, ont pris les maisons d’assaut en jetant des pierres et en criant des slogans haineux anti-arabes, et ont terrorisé les familles. A Tel al-Rumaida, un mur a été détruit par les assaillants de la maison de Sayyed Ahmad.

Les incidents se multiplient dans le sud de la Cisjordanie. Des colons israéliens ultra-orthodoxes ont coupé des dizaines d’arbres fruitiers sur des terrains appartenant à un fermier palestinien dans le village de Husan. Sur les terres de Jabir Taha Hamamra, rapporte à l’agence de presse Ma’an, 25 oliviers, 2 amandiers, un figuier et 4 noyers ont été détruits.

Plus au nord, l’armée d’occupation a démoli 20 citernes qui collectent l’eau de pluie, indique le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU.  Creusées dans le roc, les citernes en forme de grotte qui parsèment le désert au-delà de Bethléem, recueillent depuis des siècles l’eau de pluie qui alimente les bergers et à leurs troupeaux pendant tout l’été.

Sous un soleil de plomb, un bédouin âgé explique que les citernes telles qu’il se les rappelle depuis son enfance, dont beaucoup ont été restaurées afin de fonctionner parfaitement il y a quelques années, contribuent à nouveau à aider sa communauté de chevriers à survivre. C’est pourquoi, conclut-il, les autorités israéliennes qui contrôlent la Cisjordanie, en ont démoli au moins trois dans cette région depuis novembre.

Ces destruction s’inscrivent dans le contexte d’une accélération marquée des démolitions des bâtiments palestiniens dans la « Région C » » (les 60% de la Cisjordanie sur lesquels Israël exerce un contrôle total). Pendant les six premiers mois de 2011, plus de Palestiniens ont perdu leurs maisons que pendant 2009 et 2010 réunis, selon l’OCHA. Beaucoup d’entre eux étaient des bédouins. Jusqu’à présent, un total de 342 bâtiments appartenant à des Palestiniens ont été détruits dans cette région.

Ces démolitions sont exécutées au prétexte que ces « structures », dont quelques-unes sont de simples tentes, ont été érigées sans la permission des Israéliens, laquelle est quasiment impossible à obtenir.

L’administration civile israélienne [c’est-à-dire l’armée d’occupation] de Cisjordanie a également prétendu que la destruction de certaines citernes d’eau de pluie était justifiée par le fait qu’elles étaient situées dans “des zones d’entraînement militaire où l’utilisation des armes à feu pourraient représenter un danger pour les personnes.”  Ceci, affirment les Palestiniens, n’est qu’une excuse qui fait partie d’un système de restrictions visant à décourager les Bédouins et à favoriser l’extension des colonies.

Le « nettoyage ethnique » de la Palestine continue. Il ne s’est pas arrêté un seul jour depuis 1948.

Print Friendly, PDF & Email