Dans l'actu

Wikileaks : la totalité du territoire israélien serait à la portée des missibles du Hezbollah, et cela change la donne

Selon un des documents contenus dans les “fuites” orchestrées via Wikileaks, concerne une réunion entre les représentants du Département d’État américain, d’une part, et ceux des Ministères israéliens des Affaires étrangères et de la Défense et du Mossad, d’autre part, au cours de laquelle il a été question de l’équilibre des forces militaires.

Les Israéliens ont expliqué que cet équilibre a été fortement affecté, au cours des deux ou trois dernières années, notamment du fait du renforcement de la coopération entre l’Iran, la Syrie et le Hezbollah, ce dernier étant au surplus désormais doté de missile (« rockets ») capables d’atteindre la totalité du territoire israélien.

Ce dernier point est jugé de la plus haute importance, car si évidemment les stratèges israéliens trouvent que leur capacité à frapper les pays arabes où et quand bon leur semble est dans la nature immuable des choses, la réciproque leur est insupportable.

Mais certains spécialistes considèrent que ce nouveau rapport de forces contribue à stabiliser la situation, – le bon vieux principe de l’équilibre de la terreur, qui a fait ses preuves à l’époque de la “guerre froide” – car si dans le passé Israël a pu se permettre d’agresser le Liban sans craindre de trop graves conséquences pour sa population (car si son armée a subi des revers sévères au Liban la population israélienne restait dans son immense majorité totalement à l’abri), ce ne serait plus le cas maintenant.

Or, l’opinion publique israélienne – plus précisément, l’opinion publique juive israélienne – est depuis un certain nombre d’années toujours “partante” pour une aventure militaire de plus, mais elle change assez vite d’avis quand elle réalise que la guerre n’est pas une promenade de santé. A plus forte raison si les missiles commencent à pleuvoir sur Tel Aviv (même en petit nombre), aucun gouvernement israélien n’y survivrait 5 minutes.

Il en va de même dans pratiquement tous les pays “occidentaux”, où on s’imagine pouvoir mener des guerres sans victimes (sans victimes de leur côté, cela va sans dire, car dans le camp d’en face on s’en fiche, ce ne sont pas vraiment des humains, de toutes manières…). On apprend aussi grâce à Wikileaks que Herman Van Rompuy est d’avis que « si un Belge est tué, c’en est fini de l’engagement belge en Afghanistan« . Faire la guerre, on veut bien, mais faudrait quand même pas exagérer, on n’ira pas jusqu’ à accepter d’avoir des morts… (ce qui tend à montrer que la guerre est affaire moins sérieuse qu’un week-end sur la route des vacances).

La modification de la “donne” militaire que représente la capacité supposée du Hezbollah à atteindre tous les points d’Israël concerne aussi l’Iran. On sait que le gouvernement israélien n’a cessé d’exercer des pression sur ses protecteurs américains pour qu’ils passent à l’action contre l’Iran. Mais, dès lors que le Hezbollah serait capable d’arroser la totalité du territoire israélien de missiles à partir du Liban, une attaque israélienne contre l’Iran devient plus difficile, voir inenvisageable, car à une agression vers Téhéran la riposte à l’abri de laquelle aucun Israélien ne serait pourrait venir du nord. Voire simultanément du nord et du sud, du Liban et de Gaza.

Ci-dessous une interview du journaliste américain Gareth Porter à ce propos :

L.D.             

Print Friendly, PDF & Email