Dans l'actu

Vidéo : découvrez le courageux cordonnier qui a filmé l’exécution d’un Palestinien par un militaire israélien

Philip Weiss

Mise à jour : Jewish Voice for Peace (Une voix juive pour la paix) a lancé un appel en vue de protéger Imad Abu Shamsiya : « Il a filmé une exécution. Désormais, il est en danger. »

Imad Abu Shamsiya, l’auteur de la vidéo, à sa machine à coudre.

Les personnes qui fréquentent notre site le savent : jeudi dernier, une vidéo particulièrement choquante a été publiée, montrant un militaire israélien exécutant un jeune Palestinien blessé alors que ce dernier était couché sur le sol, immobile, dans une rue du quartier de Tel Rumeida, à Hébron.

La vidéo a été prise par Imad Abu Shamsiya, qui vit derrière une clôture de fil barbelé dans ce quartier. Du fait que sa vidéo circule désormais dans le monde entier, Abu Shamsiya doit faire face à des menaces de mort, des procès et des pressions politiques, à propos de sa vidéo. Et ce n’est pas la première fois qu’il est confronté à des agressions. Les colons juifs veulent que ce courageux cordonnier et d’autres Palestiniens s’en aillent afin de pouvoir s’emparer de leurs logements.

Voici deux mois, Adam Horowitz et moi-même avions interviewé Abu Shamsiya avec l’aide de Badia Dwaik (des Défenseurs des droits de l’homme), qui est très souvent en relation avec Shamsiya.

Abu Shamsiya a décrit les conditions de vie dans son quartier, qui me rappellent le ghetto de Varsovie : un système de numéros qu’on l’oblige d’utiliser quand il doit franchir le check-point à proximité de son domicile. « Pour entrer chez lui, il a un numéro. Il n’est plus un nom, il est un numéro, désormais. » Le numéro d’Abu Shamsiyah est 242, dit-il dans la vidéo ci-dessous.

Et, dans l’interview qui suit, on peut voir Abu Shamsiya travaillant sur des chaussures à la machine à coudre et il explique pourquoi il résiste à l’occupation et refuse de quitter sa maison. « Tout être humain a le droit de défendre son existence ». Rester dans sa maison est un devoir national, affirme-t-il.

« Ma maison, c’est l’adresse de ma patrie », dit Abu Shamsiya. La seule chose qui arrêtera les colons – venus d’autres pays pour s’installer dans son quartier – c’est la résistance et la détermination. Malheureusement, les États-Unis soutiennent à fond l’occupation israélienne, ajoute-t-il. Ils prétendent soutenir la démocratie dans de nombreux pays arabes, sauf en Palestine.

À 6:00, je lui demande s’il ne perd jamais l’espoir :

« En tant que Palestiniens, nous ne perdons jamais l’espoir de libérer notre pays. Nous avons appris cela de nos pères et de nos grands-pères et c’est également ce que nous enseignons à nos enfants. Que l’espoir existe toujours. Parce que nous avons le droit de vivre dans notre pays. »

 

Lorsque vous regardez ces vidéos, demandez-vous un peu si on vous a jamais demandé d’exhiber une parcelle de ce courage dont Abu Shamsiya fait preuve jour après jour, demandez-vous si vous seriez capable d’une telle détermination ; et souvenez-vous ensuite des Juifs courageux qui ont résisté à leurs oppresseurs dans le ghetto de Varsovie il y a 70 ans.

Pour voir les barbelés qui entourent la maison d’Abu Shamsiya, regardez cette vidéo.


Publié le 28 mars 2016 sur Mondoweiss
Traduction : Jean-Marie Flémal

Lire et voir plus :

Comment l’armée israélienne d’occupation achève les blessés (vidéo)

Gideon Levy sur l’occupation et Hébron

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Gideon Levy : « Nous n’arrêterons pas de filmer, nous n’arrêterons pas d’écrire » – Pour la Palestine

Les commentaires sont fermés.