Dans l'actu

Victoire d’activistes britanniques contre une usine de drones israélienne

Chris Cole

Les participants à la campagne pavoisent à l’entrée du tribunal après que l’injonction a été rejetée.

Hier, les participants à la campagne ont obtenu une victoire complète sur le fabricant de moteurs de drones UAV Engines, propriété israélienne, quand la société a retiré sa requête afin que la Haute Cour maintienne une injonction décrétée contre les protestataires. Le pire devait suivre pour la société, puisque le juge Purle a accepté l’argumentation des protestataires disant que l’injonction n’aurait jamais dû être accordée en première instance et la Haute Cour a donc annulé l’ordonnance ab initio (c’est-à-dire « dès le début »). Le juge a déclaré :

« Ce qu’on ne m’avait pas dit [au moment d’accepter l’injonction le 30 juin 2015], alors que manifestement on aurait dû le faire, c’est qu’il y avait eu une longue série de protestations pacifiques dans le voisinage des installations des plaignants et que la chose remontait à plusieurs années, puis qu’il y avait en outre déjà eu une manifestation de masse en octobre 2014 (…) Il est possible qu’une injonction limitée eût peut-être été plus appropriée. Toutefois, le fait est que ces auditions ex parte [sans que toutes les parties soient présentes] impliquent un strict devoir d’information complète (…) Par conséquent, il y a eu un dysfonctionnement, dans l’obtention de cette ordonnance. Il me semble que la marche appropriée consiste à annuler l’ordonnance ab initio (…) En vertu de quoi, l’injonction que j’ai accordée le 30 juin est annulée ab initio et c’est comme si cette injonction n’avait jamais existé. »

UAV Engines Ltd est une filiale d’Elbit Systems, l’une des principales compagnies d’armement israéliennes, qui produit des drones et autres technologies militaires utilisées dans les offensives militaires israéliennes contre Gaza. Les moteurs de drones produits dans l’usine de Shenstone, près de Birmingham, sont exportés vers Israël.

Des protestations et des veillées sont organisées par les militants contre les drones et ceux de la campagne de solidarité avec la Palestine depuis 2009.

Une des nombreuses actions devant UAV Engines

L’injonction – accordée au cours d’une séance ex parte le 30 juin 2015, soit quelques jours avant qu’une importante action nationale de protestation baptisée « Block the Factory » (Bloquez l’usine) ait eu lieu le 6 juillet – interdisait à neuf personnes citées et à tout protestataire de circuler à moins de 250 mètres du site de la société, à Shenstone. Les premiers participants à la campagne n’avaient été mis au courant de l’injonction que lorsqu’ils s’étaient rendus à la manifestation du 6 juillet.

Lors d’une séance ultérieure à l’action du 6 juillet, la Haute Cour a partiellement amendé l’injonction, en supprimant la zone d’exclusion de 250 mètres. Les militants ont argumenté avec succès que l’ordonnance était d’une sévérité excessive et les empêchait d’exercer leur droit à la liberté d’expression et à protester pacifiquement et légalement devant une usine qui fabriquait des armes utilisées pour violer des droits de l’homme à l’étranger. Toutefois, l’injonction avait été maintenue, interdisant aux protestataires de franchir les limites de la propriété de UAV Engines ou de harceler la société.

Dans des déclarations et argumentations juridiques ultérieures, les participants à la campagne – ainsi que les avocats agissant au nom de l’une des inculpées citées, Maya Evans, de VCNV UK – prétendaient que UAV Engines avait induit la cour en erreur quand il avait requis l’injonction, et ce, en s’abstenant bien de mentionner la longue histoire des protestations pacifiques contre l’usine, qui remontent à 2009 déjà. En lieu et place, la société avait fourni un récit partial se concentrant sur l’une des actions au cours de laquelle les protestataires avaient occupé le toit de l’usine, et sur un incident au cours duquel un plomb de carabine à air comprimé avait parait-il été tiré sur le bâtiment de l’usine.

Des membres du London Action Group sur le toit d’UAV Engines à Shenstone

Quelques mois de préparation juridique et de collecte de déclarations de militants se sont écoulés avant l’audience de cette semaine, qui s’est tenue le 27 octobre. Ces derniers jours, toutefois, il semble que la société ait pris peur et, quelques minutes avant l’audience, nous avons appris qu’elle voulait retirer sa plainte. Cela ne suffisait pas pour les militants, toutefois, puisque nous avions argumenté au tribunal que l’injonction n’aurait jamais dû être accordée en premier lieu et qu’elle devait donc être annulée complètement. Après une brève discussion, le juge Purle s’est dit d’accord.


Publié le 28 octobre 2015 sur Drone Wars UK

Traduction : JM Flémal

Print Friendly, PDF & Email