Dans l'actu

Urgent : L’emprisonnement de Khalida Jarrar sans accusation ni procès prolongé de six mois supplémentaires

Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network

Ce mercredi 27 décembre 2017, l’armée israélienne d’occupation a émis une ordonnance prolongeant la détention administrative arbitraire de la parlementaire et dirigeante nationale palestinienne Khalida Jarrar pour une période de six mois, et ce, quatre jours avant que ne se termine sa détention actuelle. Jarrar a été arrêtée par les militaires de l’occupation qui ont fait irruption chez elle, à El-Bireh, le 2 juillet 2017. Dirigeante palestinienne bien connue, Jarrar est membre du Conseil législatif palestinien, elle est responsable du Comité des prisonniers et vice-présidente du conseil de l’association Addameer des droits de l’homme et de soutien aux prisonniers.

Jarrar est l’une des onze parlementaires palestiniens emprisonnés par l’occupation israélienne. La plupart, comme elle, sont en détention administrative, sans accusation ni procès. Elle est l’une des trois Palestiniennes actuellement en détention administrative, en même temps que Khadija Ruba’i et la journaliste Bushra al-Tawil. Il y a pour l’instant, en tout, plus que 450 Palestiniens emprisonnés sans accusation ni procès sous le régime de la détention administrative et plus de 6 100 prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes.

La détention administrative est un artéfact du mandat colonial britannique sur la Palestine. Elle permet à l’armée israélienne d’emprisonner arbitrairement des Palestiniens sans accusation ni procès. Elle est fréquemment utilisée pour cibler des dirigeants de la communauté comme Jarrar et son usage très répandu et systématique constitue une violation des Conventions de Genève et de la Charte internationale des droits civils et politiques.

Des protestations et des déclarations venant du monde entier, y compris de partis politiques et du gouvernement de l’Afrique du Sud, ont exigé la libération immédiate de Jarrar. Elle a fait l’objet d’attaques répétées et toujours en cours de l’occupation israélienne, dont, en 2014, une tentative de la déporter de force de son domicile de Ramallah vers Jéricho, suivie à l’époque par son arrestation et son emprisonnement en 2015. Toutefois, suite aux protestations internationales, l’ordonnance de détention administrative à son encontre a été annulée et, en lieu et place, elle a été déférée devant les tribunaux militaires israéliens de façon tout aussi injuste, lesquels l’ont condamnée sur charges politiques et l’ont emprisonnée jusqu’en juin 2016.

Ce dernier renouvellement de la détention administrative de Jarrar va de pair avec l’arrestation de plus de 500 Palestiniens depuis la déclaration impérialiste du président américain Donald Trump proposant de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Les arrestations massives, y compris le ciblage de la jeune activiste Ahed Tamimi et de l’ancien gréviste de la faim à long terme Khader Adnan, constituent une tentative de réprimer la résistance du peuple palestinien à l’injustice et son soulèvement. Cela fait partie intégrante d’une stratégie israélienne visant à priver le peuple palestinien de ses dirigeants actifs, fidèles à leurs principes, et ce, à une époque cruciale de mobilisation.

Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network appelle instamment à une mobilisation générale et à des actions afin d’exiger la libération immédiate de Khalida Jarrar, une éminente parlementaire palestinienne, également dirigeante féministe et de gauche, engagée pour la liberté et la libération de son peuple. Il s’agit d’une tentative manifeste de poursuivre la répression systématique des mouvements populaires palestiniens par le biais d’arrestations et d’intimidations de la part d’une force armée d’occupation clairement soutenue par le pouvoir impérialiste américain.

Nous prions instamment tous les amis de la Palestine et du peuple palestinien de se joindre à nous et de réactiver la Campagne de solidarité avec Khalida Jarrar. La détention de Khalida Jarrar constitue une attaque contre les dirigeants, les activités politiques et l’organisation populaire du peuple palestinien. Elle doit être combattue par une solidarité accrue en vue de réclamer la liberté de Khalida Jarrar et de la totalité des milliers de prisonniers palestiniens détenus dans les prisons de l’occupation israélienne.

Organisez des actions afin de soutenir Khalida Jarrar :

1. Contactez votre parlementaire, votre représentant ou votre député européen. L’attaque contre Khalida est une attaque contre la légitimité parlementaire palestinienne, contre l’expression politique et elle constitue en même temps une violation de l’immunité parlementaire. Les parlementaires ont la responsabilité d’exercer des pressions sur Israël afin que soit annulée cette ordonnance.

2. Utilisez les ressources de la Campagne afin d’informer votre communauté, vos parlementaires et autres personnes à propos du cas de Khalida.

3. Protestez en faveur de Khalida Jarrar devant le consulat ou l’ambassade d’Israël ou ralliez l’une des nombreuses manifestations de protestation en faveur de Jérusalem et diffusez ce message et d’autres informations sur Khalida et les prisonniers palestiniens. Rendez-vous sur une place publique ou découvrez l’ambassade israélienne la plus proche de chez vous.

4. Écrivez à Khalida et exprimez-lui votre soutien. Alors que les geôliers sionistes censurent fréquemment le courrier des prisonniers palestiniens, ces lettres peuvent aider à soutenir leur moral et vous pouvez même adresser un message aux geôliers et aux censeurs mêmes. Envoyez votre courrier à Khalida à l’adresse suivante :

HaSharon prison
Ben Yehuda, P.O. Box 7
40 330 Israel

5. Boycott, Désinvestissement et Sanctions. Tenez Israël pour responsable de ses violations du droit international. N’achetez pas de produits israéliens et faites campagne pour mettre un terme aux investissements dans les sociétés qui tirent profit de l’occupation, comme HP et G4S. Plus d’informations sur bdsmovement.net.


Publié le 28/12/2017 sur Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network
Traduction : Jean-Marie Flémal

D’autres articles concernant Khalida Jarrar, publiés sur ce site

 

Print Friendly, PDF & Email