Dans l'actu

Universitaires et artistes israéliens pour le boycott des colonies

Il y a quelques jours, une cinquantaine de “théâtreux” israéliens –  comédiens et metteurs en scène – faisaient savoir qu’ils refusaient, pour des raisons de conscience, de prêter leur concours à l’inauguration spectaculaire d’un nouveau centre culturel dans la colonie juive d’Ariel, en Cisjordanie occupée.

Ils furent bien entendu aussitôt accusés par le gouvernement Netanyahou et la majeure partie de la presse d’être des traîtres, de “diviser la nation”, et autres amabilités.

Ils n’en viennent pas moins – signale Haaretz – de recevoir le renfort appréciable de plus de 150 universitaires et de plusieurs douzaines d’auteurs et d’artistes.

Plus de 150 personnalités appartenant au corps professoral d’universités de tout le pays s’engagent publiquement à ne donner aucun cours et à ne participer à aucune conférence ou débat dans les colonies : « nous ne prendrons part à aucune forme d’activité culturelle au-delà de la Ligne verte, nous ne participerons pas aux débats, séminaires, conférences ou toute autre activité académique dans les implantations », écrivent-ils.

« Nous soutenons les artistes de théâtre refusant de jouer à Ariel, et nous leur exprimons publiquement notre reconnaissance pour leur courage et nous les remercions d’avoir ramené le débat sur les implantations en tête de l’actualité. Nous aimerions rappeler à l’opinion publique israélienne que comme toutes les implantations, Ariel est en territoire occupé. Si un futur accord de paix avec les autorités palestiniennes met Ariel intérieur des frontières d’Israël, alors il sera traité comme toute autre ville d’Israël », ajoutent-ils.

Parmi les signataire figurent notamment Zeev Sternhell et Yael Sternhell, Shlomo Sand, Neve Gordon, Nissim Calderon, Anat Biletzki, Ziva Ben-Porat, Yaron Ezrachi, Aeyal Gross, Dan Rabinowitz et Oren Yiftachel.

D’autres, dont David Grossman, ont signé un autre texte similaire, dans lequel – selon Haaretz – ils estiment que « la légitimation et l’acceptation de l’entreprise des colons cause des dommages critiques aux chances d’Israël de parvenir à un accord de paix avec ses voisins palestiniens ».

Le maire d’Ariel, Ron Nachman, a estimé que ces prises de position par des personnalités universitaires sont « l’équivalent d’une incitation à la rébellion ».

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté lundi devant le Théâtre Habimah à Tel Aviv pour protester contre la décision de sa direction d’organiser des représentations à Ariel. Plusieurs personnalités du monde culturel, quelques membres de la Knesset et l’ancien rédacteur en chef du quotidien libéral Maariv, Doron Galezer, y participaient. Face à eux, un groupe d’une quinzaine de contre-manifestants brandissaient des pancartes les qualifiant de “traîtres”.

Print Friendly, PDF & Email