L'actu

UNESCO : Hébron reconnue patrimoine palestinien en danger d’une valeur universelle exceptionnelle

En dépit des efforts diplomatiques intenses déployés par Israël, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO a déclaré ce vendredi 7 juillet la vieille ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée, “zone protégée”, en tant que site “d’une valeur universelle exceptionnelle”. Douze membres du Comité, réuni à Cracovie (Pologne), ont voté pour l’inscription, six se sont abstenus et trois ont voté contre.

Le vote avait lieu à bulletins secrets, à la demande de plusieurs membres favorables aux thèses israéliennes, qui espéraient que cela permettrait à certains États membres, notamment des pays arabes, de voter contre la résolution sans craindre des représailles diplomatiques.

La réunion de vendredi a été marquée par des éclats de voix entre l’ambassadeur israélien et d’autres représentants, le premier s’indignant du fait qu’en dépit des engagements pris le secret du vote n’était selon lui pas totalement garanti. Shama Hacohen a accusé le représentant polonais qui présidait la réunion de partialité, et le ton est rapidement monté, de sorte qu’à un moment le représentant du Liban a réclamé l’expulsion de l’ambassadeur israélien par le service de sécurité. Quoi qu’il en soit, la manœuvre israélienne a échoué.

La résolution proposée par les Palestiniens comprenait deux volets : le premier vise à faire inscrire la Vieille Ville d’Hébron et la mosquée d’Ibrahim (“Tombeau des Patriarches” selon l’appellation israélienne) comme patrimoine palestinien, enregistré comme tel par l’UNESCO au “Patrimoine Mondial”, et le second vise à ce que ces sites soient reconnus “en danger”, ce qui implique que chaque année le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO devra examiner l’évolution de la situation.

Cette reconnaissance de la ville de Hébron comme “patrimoine palestinien en danger” était au cœur d’un affrontement diplomatique entre Israéliens et Palestiniens. La ville abrite une population de 200.000 Palestiniens et de quelques centaines de colons juifs particulièrement extrémistes – dont beaucoup sont venus des États-Unis – protégés par des soldats qui s’emploient à rendre la vie quotidienne insupportable à la population autochtone.

La vie quotidienne de la population de Hébron est une succession d’incessants contrôles humiliants où chaque Palestinien est soumis à l’arbitraire et à la brutalité des troupes d’occupation, et où la vie des non-juifs ne pèse pas bien lourd comme en témoignent des exécutions sommaires et arbitraires répétées.

Les Palestiniens estiment que le site est menacé en raison d’une montée “alarmante” du vandalisme commis par les colons contre des propriétés palestiniennes dans la vieille ville.

La résolution de l’UNESCO sur Hébron qualifie cette ville “d’islamique”.

Les États-Unis soutiennent la position d’Israël

Le vote du texte est considéré comme une victoire pour la diplomatie palestinienne tout en étant dénoncé par Israël comme une nouvelle preuve de la partialité d’un organisme dépendant de l’ONU.

Alaa Shahin, membre de la municipalité de Hébron, a estimé qu’un vote favorable de l’UNESCOaidera à soutenir le tourisme” et “les efforts des Palestiniens à empêcher toute tentative de destruction”.

Actuellement, les échoppes du marché de la vieille ville sont en grande partie vides. Des filets ont été placés au-dessus des magasins pour les protéger des bouteilles et autres détritus lancés par des colons qui occupent les étages supérieurs de maisons voisines. Certains commerçants palestiniens ne cachent pas un certain scepticisme. “Ces discours, c’est du vide”, affirme Jamal Muragh en prévoyant que le gouvernement israélien ne tiendra aucun compte d’une résolution de l’UNESCO. Fayer Abou Afifih estime lui qu’un vote favorable aura malgré tout une “valeur symbolique importante, car il s’agirait d’un message adressé au monde affirmant que la mosquée d’Ibrahim est uniquement islamique”.

Carte du centre d’Hébron  (al-Khalil ) –  Credit: B’Tselem
L’artère figurant en rouge est Shuhada Street, une rue commerçante totalement fermée par l’occupant

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’Unesco a dénoncé “l’un des moments les plus déshonorants” dans l’histoire de l’organisation.  Tour à tour Netanyahou, Lieberman, Rivlin, Bennett,… ont condamné la position adoptée par l’UNESCO, que presque tous ils ont taxée d’antisémitisme.

Le gouvernement israélien a annoncé vendredi après-midi qu’il réduit sa contribution à l’UNESCO d’un million de dollars par an, et entend consacrer cette somme à la création d’un musée consacré au patrimoine juif à Hébron.

Il s’agit, selon Reuters, de la quatrième réduction de la contribution israélienne aux Nations-Unies, qui est passée en quelques années de 11 millions de dollars à 1,7 million de dollars, chaque réduction intervenant après une prise de position ou décision réprouvée par Israël.


A propos des conditions de vie des Palestiniens de Hébron sous l’occupation israélienne, on (re)lira avec profit cet article de Julie Couzinet, “Peur et épuisement dans la vieille ville d’Hébron” publié en février 2016 par Middle East Eye (édition française).

Le check-point israélien installé à l’entrée du quartier de Tel Rumeida, rue Shuhada, à Hébron (MEE/Julie Couzinet)

 

Print Friendly