Dans l'actu

Une historienne et féministe britannique renommée refuse une prestigieuse récompense israélienne

Haggai Matar

Catherine Hall décline un prix de 330 000 dollars en raison de la complicité de l’Université de Tel-Aviv dans l’occupation.

Catherine Hall

La célèbre historienne et féministe britannique Catherine Hall a annoncé que, pour des raisons politiques, elle allait revenir sur son acceptation d’une récompense prestigieuse proposée par l’Université de Tel-Aviv. Hall s’est vu accorder 330 000 dollars par la Fondation Dan David et elle était censée accepter le prix lors d’une cérémonie devant se tenir à l’université ce dimanche. Le mouvement BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) lui a demandé, à elle et à d’autres lauréats, de refuser le prix en raison de la complicité de l’Université de Tel-Aviv dans l’occupation.

Il y a trois mois, on apprenait que Hall allait se voir décerner le prix pour son travail de pionnière dans la recherche sur l’histoire des gens, des races et de l’esclavage. Hall est une militante politique féministe bien connue. D’après une déclaration publiée vendredi par le Comité britannique pour les Universités de Palestine (BRICUP), qui soutient BDS, Hall a décliné le prix « après maintes discussions avec des personnes profondément impliquées dans la politique israélo-palestinienne ».

La déclaration du BRICUP énonçait entre autres les raisons pour lesquelles le mouvement BDS cible les institutions académiques israéliennes. Parmi ces raisons figurent des dizaines de projets communs entre les universités et l’armée israélienne, la coopération d’universitaires israéliens dans le développement de stratégies militaires, la planification du mur de séparation, etc.

Le prix Dan David, une initiative commune de la Fondation Dan David et de l’Université de Tel-Aviv, sera décerné à deux autres historiens sociaux, à trois éminents économistes spécialisés dans la pauvreté et l’inégalité et à trois chercheurs en nano-technologie. Le prix est considéré comme l’un des plus prestigieux en Israël et il est souvent remis aux lauréats par le président israélien en personne.


Publié le 22 mai 2016 sur +972
Traduction : Jean-Marie Flémal

Haggai Matar

Haggai Matar est journaliste et militant politique. Après avoir écrit pour Ha’aretz et Ma’ariv (où il est devenu président du groupement syndical des journalistes), il est aujourd’hui coéditeur de Local Call, le site frère de +972 en hébreu. En 2012, il s’est vu décerner l’Anna Lindh Mediterranean Journalist Award (prix Anna Lindh pour un journaliste méditerranéen) pour sa série sur le mur de séparation publiée dans +972. 

D’autres articles d’Haggai Matar, publiés sur ce site (parmi lesquelles la série sur le Mur).

Print Friendly, PDF & Email