Dans l'actu

Une fois encore, Gaza baigne dans son sang – 2e jour de l’agression israélienne : 72 morts, 550 blessés

Omar Ghraieb

Gaza, 10 juillet. Israël a lancé une nouvelle offensive d’agression contre Gaza, opération qui porte le nom de « Bordure protectrice » ou de « Rocher solide ». Toute la journée, avions de combat, chars, drones et navires de guerre israéliens ont participer au bombardement de nombreux endroits de la bande de Gaza. Cela en fait la troisième guerre réelle d’Israël contre Gaza en cinq ans à peine. Ceci n’a rien d’un rapport, il s’agit tout simplement d’un compte rendu personnel de ce que j’ai vécu aujourd’hui, deuxième jour de la nouvelle agression israélienne contre Gaza.gaza_war_july2014

J’écris ce blog à 5 h 30 du matin, et la maison a été ébranlée plusieurs fois par les bombardements israéliens tout proches. Si je pouvais avoir inventé tout ce qui suit ! Mais non, c’est bien réel.

Les Israéliens ont déclaré qu’ils avaient bombardé Gaza à l’aide de 400 tonnes d’explosifs, le premier jour. Inutile d’être un spécialiste pour se rendre compte que c’est beaucoup trop. Ils ont également dit qu’ils avaient bombardé plus de 550 objectifs dans tout Gaza. Puis-je vous rappeler qu’il ne s’agissait encore que du premier jour. Le deuxième jour, les bombardements ont encore été plus intenses.

Les Israéliens ont intensifié leur politique de ciblage des maisons. Ils en ont visé 50 le premier jour. Et peut-être 50 de plus hier. Ce qui explique que le bilan des morts ne cesse de s’élever de minute en minute. Il y a bien trop de morts, de blessés. Ce qui est bizarre, c’est la façon dont les Israéliens ont bombardé à nouveau des maisons qui avaient déjà été bombardées plus tôt ou la veille, de même que le bombardement de l’aéroport qu’Israël a déjà bombardé et complètement détruit voici des années.

Les Israéliens ont bombardé une voiture de presse à Rimal, un faubourg de Gaza, de même qu’une ambulance de la Société du Croissant-Rouge palestinien, au centre de Gaza-Nord, et trois travailleurs médicaux ont été blessés. Un autre travailleur médical est mort également suite à un bombardement qui visait aussi Gaza-Nord. Eh oui, la journée a été un véritable enfer, et c’était loin d’être terminé.

Voici les cibles israéliennes à Gaza : maisons, voitures, médias, hôpital, université, maisons de repos, motocyclettes, personnel médical, être humains et à peu près tout le reste.

Les bombardements israéliens touchent l’entièreté de Gaza. Du nord au sud, d’ouest en est. Sans arrêt. Sans interruption.

Une femme enceinte, l’enfant qu’elle portait et son autre enfant de deux ans ont été tués lors d’un bombardement israélien sur une maison à Gaza. De nouveaux massacres ont été commis par Israël hier, dans quelque-unes des maisons visées ainsi que dans un lieu de repos à Khan Younis, dans le Sud de Gaza.

Israël s’est servi – et se sert encore – de chars, de drones et d’avions de combat contre Gaza, il s’agit d’une guerre ouverte et totale. La plupart des tués et des blessés sont des femmes et des enfants, ce qui, personnellement, me brise le cœur. Manifestement, les femmes et les enfants sont des civils !

C’est minant d’être coincé dans cette maison. Je manque de sommeil, j’aspire à pouvoir me rendre dans mes endroits favoris ici, naturellement, aller sur la plage et bien sûr, me balader un peu partout à Gaza. Cela me mine aussi de voir toutes ces pertes en vies humaines et toutes ces destructions. Votre côté humain se désagrège tout doucement et vous devez faire des efforts inouïs pour le garder intact.

Ce qui me sidère aussi, c’est la façon dont les gens prétendant que tous les Palestiniens vivant à Gaza sont des militants, alors que la plupart d’entre nous sont des civils, en fait. Il est déprimant d’essayer de prouver au monde que votre vie importe réellement et que vous êtes un civil même si les gens ont déjà formulé définitivement leur jugement à votre égard.

Quand vous entendez que 72 Palestiniens ont été tués et 550 blessés en deux jours, il est dur et horrible d’imaginer ce que c’est que vivre cela. De nouveaux épisodes sanglants à Gaza. Aucun d’entre nous n’aurait signé pour ça, et particulièrement les enfants qui paient toujours le prix fort.

Je vais tenter de noter plus de détails et de poster plus de photos, ainsi que les noms des morts et des blessés, mais les informations sont vraiment trop nombreuses et je vais faire de mon mieux pour me tenir au courant.

Je continue avec mes derniers traits d’humour, qui transparaissent dans mes tweets, mais c’est plutôt de l’humour noir. Un peu comme sourire quand on est triste. Après tout, nous essayons tous de survivre.

C’était déchirant de voir les photos de ces petits garçons et filles tués dans toute cette violence. Et aussi comment une dame âgée a été tuée dans le bombardement de sa maison alors qu’elle était en pleine prière de rupture de jeune. Elle est morte avec une cuiller en main, et c’est une image qui va mettre du temps à me sortir de l’esprit. Je continue à penser que ce ramadan n’est pareil à aucun autre, mais je ne m’attendais pas à ce que cela se produise à une époque aussi insensée.

Je me sens coupable parce que j’aurais dû poster des photos, plus de chiffres, me montrer plus professionnel et conclure par un rapport final. Mais, je suis assis pour écrire ceci et, pendant ce temps, les bombardements sur Gaza ne cessent pas. J’ai pensé qu’il était normal de montrer ses émotions et son humanité même si certains diront que tout ce que je raconte est faux. Tout ce qu’il vous reste à faire, c’est d’aller sur Google.

Depuis Gaza, qui baigne dans le sang.
Omar


Posté par Omar Ghraieb à 5 h du matin.
Traduction : JM Flémal.

Vous pouvez suivre Omar Ghraieb sur Twitter : @Omar_Gaza

Print Friendly, PDF & Email