Dans l'actu

Une fillette palestinienne prisonnière envoie une lettre à sa mère pour son anniversaire

L'équipe du Palestine Chronicle

La plus jeune prisonnière palestinienne, Shadi Farah, 12 ans, de Jérusalem, a adressé une lettre à sa mère pour son anniversaire.

La lettre de Shadi disait ceci : « Je veux te dire de garder la tête bien haut vers le ciel, comme les palmiers, qui ne sont jamais ébranlés ni par les vents ni par les tremblements de terre et je veux, maman, que tu sois fière, parce que ce que je vis pour l’instant est une épreuve de Dieu. Je veux que tu transmettes mes salutations à mes proches et à mes amis, et à mes frères et à mes sœurs, et tout particulièrement à Rayan. »

La plus jeune prisonnière palestinienne, Shadi Farah, 12 ans. (Photo : Khabirni)

Un journaliste palestinien, Amir Abuiram, de Ramallah, a déclaré au Palestine Chronicle que « Shadi avait donné sa veste, que sa mère avait eu grand mal à lui faire parvenir, à la plus jeune prisonnière des prisons israéliennes, Dimaa Alkhatib, quand elles s’étaient rencontrées pendant le trajet vers un tribunal israélien. Après sa libération, on avait demandé à Dimaa pourquoi elle avait l’air si triste sur ses photos. Elle avait répondu :  »C’est parce que j’ai laissé Shadi là-bas en prison. » »

Un fragment de la lettre de Shadi à sa mère. (Photo : SkyNews Screen Grab)

En avril 2016, Defense of Children International, à Ramallah, a publié un rapport répertoriant en détail la maltraitance très répandue et systématique dont font l’objet les enfants palestiniens au sein du système israélien de détention militaire. Depuis les repas préparés dans une cuisine de fortune jusqu’au « personnel soignant » (des détenus adultes), le rapport fournit également un rare aperçu des conditions de vie quotidiennes des enfants palestiniens dans les prisons israéliennes.


Publié le 1er juin 2016 sur The Palestine Chronicle
Traduction : Jean-Marie Flémal

Print Friendly, PDF & Email