L'actu

Un prof de sciences politiques de l’Université de Jérusalem qualifie la ministre de la Justice de «racaille néo-nazie»

La ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked a déposé une plainte contre le Dr. Ofer Cassif, professeur de sciences politiques à l’Université hébraïque de Jérusalem, qui l’a qualifiée de “racaille néo-nazie” sur sa page Facbook, lundi.

Le Dr Cassif accuse Shaked d’être indirectement impliquée dans des meurtres et des crimes contre l’humanité en Afrique, ainsi que de “rendre Israël davantage fasciste”, selon Haaretz, qui rapporte l’information.

Le Dr Cassif a écrit ces commentaires quand il a partagé un autre “post” du Prof. Amiram Goldblum, professeur à l’école de pharmacie de l’Université hébraïque, à propos d’un trafiquant juif de nationalité belge “qui a vendu des armes aux assassins en Sierra Leone et aux cartels de la drogue en Colombie” et qui ferait partie des donateurs qui ont financé la campagne de Shaked au sein du parti Habayit Hayehudi (“Le Foyer Juif”).

“Vos mains sont couvertes de sang”, a écrit Cassif sur Facebook.

Ayelet Shaked

Après le dépôt de la plainte de la Ministre de la Justice, le professeur de science politiques a maintenu ses commentaires : «il est juste de comparer Israël avec l’Allemagne des années 1930», a-t-il déclaré selon Haaretz.

Ayelet Shaked est elle-même une adepte des commentaires tranchés sur Facebook. 

Elle avait notamment écrit ce commentaire qui est indubitablement de nature à valider le diagnostic du Dr. Cassif : « Qu’y a-t-il de tellement effrayant à comprendre que le peuple palestinien tout entier est l’ennemi ? Dans une guerre, l’ennemi est généralement un peuple tout entier, y compris ses vieillards et ses femmes, ses villes et ses villages, ses biens et ses infrastructures. Ici, cela inclut également les mères des martyrs, qui les envoient vers l’enfer avec des fleurs et des baisers. Elles devraient suivre leurs fils, ce n’en serait que plus juste. Elles devraient y aller, de même que les maisons réelles dans lesquelles elles ont élevé les serpents. Sinon, d’autres petits serpents continueront d’y être mis au monde. » (source).

L.D.

Print Friendly, PDF & Email