Dans l'actu

Un Palestinien peut-il se convertir au judaïsme ?

Un Palestinien peut-il se convertir au judaïsme ? La “Jewish Telegraphic Agency” (JTA) ne laisse pas d’illusions à ceux que l’expérience tenterait : «L’autorité israélienne qui traite les conversions au judaïsme rejette les candidatures de Palestiniens sans examen du dossier en raison de leur origine ethnique, a déclaré son directeur»

Le rabbin Yitzhak Peretz, directeur de l’Administration des Conversions, un organisme gouvernemental, a expliqué la manière dont son organisation traite les demandes de conversion émanant de Palestiniens, mardi dernier au cours d’un entretien à propos des conversions devant le “Comité de Contrôle de l’État” de la Knesset (le parlement israélien).

Pour entreprendre d’obtenir une conversion au judaïsme officiellement reconnue en Israël, les étrangers doivent introduire une demande à la commission des “cas spéciaux” de l’Administration des Conversions. Et “les exigences minimales” pour que la demande soit prise en considération par la commission des “cas spéciaux” sont “que le demandeur soit sincère, qu’il ne s’agisse pas d’un travailleur immigré, d’un infiltré, d’un Palestinien ou d’un personne en séjour illégal”. En 2014, a-t-il ajouté, la commission a reçu 400 demandes. “La moitié des demandeurs ont été acceptés, le reste a été rejeté comme travailleurs étrangers, infiltrés, en séjour illégal ou Palestiniens”, dit-il.

JTA précise que « les conversions au judaïsme de Palestiniens sont rares en Israël”. Et moins applaudies par le gouvernement que les conversions en cadavres, c’est certain.

Print Friendly, PDF & Email