Dans l'actu

Un colon masqué attaque au couteau un rabbin qui accompagnait des Palestiniens pour la récolte des olives

settler_vs_rabbinLe leader d’une organisation juive de défense des droits humains, «Rabbis For Human Rights», le rabbin Arik Ascherman, a été agressé par un colon masqué, alors qu’il circulait à proximité de la colonie juive de Itamar en Cisjordanie.  L’incident a été enregistré par un vidéaste.

L’assaillant juif a menacé le rabbin d’un couteau, alors que Arik Ascherman revenait des oliveraies d’un agriculteur palestinien, qu’il accompagnait afin de le protéger contre les attaques violentes des colons, qui sont quotidiennes pendant la période de la récolte. Selon le rabbin Acherman, il a aperçu un colon qui tentait de voler des olives dans l’oliveraie, tandis qu’un autre tentait de mettre le feu à des oliviers (ce qui est une pratique courante des colons). Ascherman dit s’être approché du feu  allumé par les colons pour tenter de l’éteindre, et par conséquent du colon, quand il a été agressé.

La violence des colons ayant cette fois pris pour cible un Israélien, un rabbin de surcroît, l’incident est rapporté par le quotidien Haaretz. Habituellement, quand seuls des Palestiniens sont victimes des violences des colons, on n’en parle même pas. Quant à la police, qui a ouvert une enquête, elle classe l’incident dans la catégorie « frictions entre militants de droite et militants de gauche« .

La vidéo montre que le rabbin a été menacé par le colon masqué avec un couteau. L’homme lui a également lancé des pierres, avant de dégainer son couteau. Il donne quelques coups de pied, bouscule violemment le rabbin, puis les protagonistes s’empoignent, le rabbin prend des coups, et soudain – a-t-il réalisé qu’il était filmé ? – l’agresseur prend la fuite.

La police israélienne affirme qu’elle applique une « tolérance zéro » vis-à-vis de tous ceux qui enfreignent la loi et veut faire preuve de la plus grande sévérité envers les auteurs de tels agissements. Ce qui sans doute explique qu’elle est arrivée sur les lieux de cet incident 30 minutes seulement après avoir été appelée, et qu’un de ses porte-parole a parlé de « provocations » commises par « des militants gauchistes et des anarchistes« , selon le site 972mag.com.

Le minimum de réalisme commande cependant de constater que l’occupant protège les colons et se rend en permanence complice de leurs exactions, le gouvernement israélien favorisant par tous les moyens, tantôt ouvertement et tantôt « en douce », le développement des colonies. Et si certaines sont dites « illégales » (au regard de la loi israélienne, s’entend, puisqu’au regard du droit international elles le sont toutes, y compris les plus grandes et les plus fastueuses), cela n’empêche qu’elles sont raccordées au réseau électrique, que l’armée d’occupation leur construit des routes, qu’elles bénéficient des services publics, etc…

Entre 2005 et 2014, selon l’organisation de défense des droits humains Yesh Din, 4 plaintes sur 246 seulement concernant des dégradations commises sur des oliviers qu’elle a suivies ont débouché sur une mise en accusation. Au total, pour l’ensemble de la Cisjordanie il n’y a que 7,4% des enquêtes ouvertes par la police à la suite de plaintes introduites par des Palestiniens victimes de délit commis contre eux-mêmes ou contre leurs biens qui aboutissent. Pour ce qui est des oliveraies, 96,6% des plaintes des Palestiniens sont classées sans suite.

Print Friendly, PDF & Email