Dans l'actu

« Toutes les heures , tuez un Palestinien », dit une nouvelle page israélienne sur Facebook

Patrick O. Strickland

Plus de 16.000 Israéliens ont rallié une page Facebook appelant au meurtre d’un Palestinien toutes les heures tant que les trois colons adolescents n’auront pas été retrouvés. La page est intitulée « Tant que les garçons ne seront pas rentrés, nous tuerons un terroriste toutes les heures. »

La page a été lancée au moment où l’armée israélienne poursuivait ses raids sévères et imposait couvre-feu et barrages à travers la Cisjordanie occupée et abattait par balles Ahmad Sabarin, un adolescent palestinien.

Selon l’agence palestinienne Ma’an News Agency : Le journal israélien Maariv a rapporté sur son site que, dans les heures qui ont suivi sa création, une page Facebook réclamant l’assassinat toutes les heures d’un « terroriste » palestinien avait atteint 10.000 « j’aime ».

La page Facebook demandait au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de « prendre ses responsabilités au lieu de rejeter sur [le dirigeant de l’Autorité palestinienne Mahmoud] Abbas la faute du présumé kidnapping de trois adolescents israéliens, rapportait Maariv. Les trois jeunes colons manquants sont Naftali Frankel, Eyal Yifrah (tous deux 16 ans) et Gilad Shaer (19 ans) qui, rapporte-t-on, ont disparu jeudi, tard dans la soirée, alors qu’ils faisaient de l’auto-stop entre des colonies réservées aux Juifs dans la zone de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

Depuis lors, des hommes politiques israéliens, dont Netanyahu, se sont hâtés de blâmer l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah, ainsi que le Hamas qui, récemment, ont signé un accord de réconciliation destiné à mettre un terme à une division de sept années.

Des responsables israéliens prétendent que c’est l’organisation politique palestinienne Hamas qui a kidnappé les jeunes disparus, mais un porte-parole du Hamas a nié cette implication et a qualifié l’accusation de « stupide ». Israël doit encore produire des preuves de ses allégations, bien que, durant des raids en Cisjordanie, il vienne d’arrêter des dizaines de responsables et d’activistes du Hamas, y compris le secrétaire et plusieurs membres élus du Conseil législatif palestinien.

Des dizaines de photos et de commentaires en provenance de l’administrateur de la page et d’autres commentateurs permettent de se faire une idée du caractère radical et violent du climat anti-palestinien régnant pour l’instant en Israël. La déshumanisation des Palestiniens, y compris les enfants, est chose commune parmi les Israéliens s’exprimant dans les médias sociaux, et tout particulièrement parmi les utilisateurs de Facebook en Israël. En concordance avec la réalité L’une des photographies postées par l’administrateur est accompagnée de la légende suivante : « Retour à l’éthique de guerre juive : tuer ou être tué. »

En haut : « Retour à l'éthique de guerre juive : tuer ou être tué. » En bas : « Tuez un terroriste toutes les heures. »

En haut : « Retour à l’éthique de guerre juive : tuer ou être tué. » En bas : « Tuez un terroriste toutes les heures. »

Plus bas, on lit également sur la photo : « Tuez un terroriste toutes les heures.» Au moment d’écrire le présent article, la page avait reçu plus de 6.000 « j’aime » [19.015 le 17 juin à 16 h, NdT] et plus d’une centaine de commentaires, la plupart de soutien. Un commentateur, Hariel Ben Michael, incitait Israël à détruire des communautés palestiniennes entières « toutes les heures » tant que les ados disparus « n’auront pas été libérés ».

Son commentaire est un reflet de la réalité. Depuis la destruction par Israël de plus de cinq cents villes et villages palestiniens lors de la Nakba de 1948, c’est-à-dire l’épuration ethnique de la Palestine, Israël a continué de démolir des maisons palestiniennes et de raser des communautés entières, tout particulièrement dans des endroits comme la région de la vallée du Jourdain en Cisjordanie.

En hébreu : « Un ami a suggéré cette idée : à chaque heure qui passe, si les garçons n’ont pas été libérés (que Dieu les protège), nous détruisons un quartier de Hébron et, après cela, nous allons à Ramallah, puis à Gaza, etc. »

« Attraper le cancer »

Un commentateur en anglais, Jordan Lerer, dit qu’il espère que les Palestiniens de la bande de Gaza assiégée « attrapent le cancer » et « meurent en agonisant ». L’image qu’il commente montre plusieurs Palestiniens dans la mire d’un fusil et il ajoute : « Kidnappés ? Kidnappez ! », invitant manifestement à ce qu’on kidnappe des Palestiniens.

Un commentateur en anglais espère que les Palestiniens de Gaza « auront le cancer » à un moment où l’armée israélienne bombarde la bande côtière assiégée.

Lerer fait également savoir qu’il n’a « aucune compassion » pour la façon dont l’armée israélienne traite la bande de Gaza assiégée. L’armée israélienne a déjà bombardé plusieurs zones de la bande de Gaza, depuis que les trois ados ont été portés disparus. Des mesures énergiques Samedi soir, le petit Ali al-Awour (7 ans) est mort de ses blessures lors d’une frappe aérienne israélienne dans le nord de la bande de Gaza, mercredi soir. Selon des statistiques émanant de Defence for Children International – Palestine Section (DCI-Palestine), 1.405 enfants palestiniens ont été tués par Israël depuis 2000.

Des parents portent le corps d'Ali al-Awour lors de ses funérailles à Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 juin 2014. (Ashraf Amra / APA images)

Des parents portent le corps d’Ali al-Awour lors de ses funérailles à Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 juin 2014. (Ashraf Amra / APA images)

Après que les colons israéliens ont été portés manquants jeudi soir, les forces d’occupation israéliennes ont intensifié leurs mesures de répression dans toute la Cisjordanie et ont continué à bombarder la bande de Gaza. Dans la ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, l’armée israélienne a fait savoir qu’elle avait blessé deux enfants et leur père la nuit dernière, au moment où des soldats « avaient fait sauter la porte de leur maison », rapporte Ma’an News Agency. Ce raid a eu lieu un jour seulement après qu’Israël a « arrêté quatre-vingt Palestiniens un peu partout en Cisjordanie », peut-on lire dans un autre article de Ma’an. Les mesures sévères d’Israël se sont concentrées sur la partie sud de la Cisjordanie, surtout à Hébron et dans ses environs. Et, ce dimanche, les résidents de Hébron se sont vu interdire de quitter la Cisjordanie, a rapporté Maan.

1402783842092

Dans la nuit de dimanche à lundi, l’armée a également effectué un raid contre le camp de réfugiés d’al-Jalazone près de la ville de Ramallah, au centre de la Cisjordanie et elle a abattu Ahmad Sabarin, âgé de 20 ans. Michael Ben Ari, un ancien membre du Parlement israélien, la Knesset, a également appelé à l’assassinat de Palestiniens en s’adressant à des médias en langue hébraïque. Israël devrait « tuer des terroristes en pratiquant des pendaisons publiques », a déclaré Ben Ari.

« Se retrouver dans l’obscurité » Une autre page inquiétante de Facebook, créée hier, est intitulée « Si nos garçons sont dans l’obscurité, que les Palestiniens y soient également. » Avec plus de trois mille membres, la page invite Israël à couper toute l’électricité de la Cisjordanie et de la banque de Gaza.

En raison des restrictions étouffantes d‘Israël, les deux régions dépendent d’Israël pour leur électricité. Une pétition a également été lancée dimanche réclamant qu’Israël coupe l’accès des Palestiniens à l’électricité. Ce dimanche matin, elle avait déjà reçu plus de mille signatures. En raison du siège permanent de Gaza par Israël, environ 1,7 million de résidents de l’enclave côtière connaissent des conditions de vie de plus en plus désastreuses ces dernières années, suite au manque de gaz et d’électricité.

Déshumanisation

Ce n’est pas la première fois que les Israéliens utilisent les médias sociaux pour encourager la violence contre les Palestiniens, y compris les enfants. Du fait que l’establishment politique d’Israël est de plus en plus à droite, une grande partie de la population en général est de plus en plus favorable à un climat anti-palestinien. Comme le rapportait récemment Rania Khalek pour The Electronic Intifada, une page Facebook soutenant un soldat israélien filmé au moment où il pointe son fusil vers le visage d’un enfant palestinien a reçu plus de 129.000 « j’aime ». En février 2013, Ali Abunimah a montré des images violentes d’un soldat israélien sur le site de partage de photos Instragram. L’une des photos montrait un enfant palestinien pris pour cible dans la mire d’un fusil. Depuis lors, The Electronic Intifada a mis régulièrement en lumière la déshumanisation des Palestiniens et le racisme de plus en plus prononcé dont font preuve les Israéliens sur les médias sociaux.


Publié sur The Electronic Intifadah le 16 juin 2014.
Traduction : JM Flémal.

Patrick O. Strickland est un journaliste indépendant et collaborateur à The Electronic Intifada. Son site : www.patrickostrickland.com. On peut suivre Patrick O. Strickland sur Twitter: @P_Strickland_

Print Friendly, PDF & Email