Dans l'actu

Sofia : des manifestants réclament justice pour Omar Nayef Zayed

Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network

Durant deux journées consécutives, les 15 et 16 mars, la communauté palestinienne de Sofia, en Bulgarie, a manifesté afin de réclamer justice pour Omar Nayef Zayed, découvert mort le 26 février à l’ambassade de Palestine à Sofia, où il s’était réfugié afin d’échapper à une demande d’extradition adressée par Israël à la police bulgare.

Nayef Zayed vivait depuis 22 ans en Bulgarie après s’être évadé d’une prison israélienne en 1990 et avoir quitté la Palestine. Il était marié, avait trois enfants et c’était un membre actif de la communauté palestinienne. Il était résident permanent en Bulgarie, alors que sa femme et ses enfants étaient citoyens bulgares.

La famille de Nayef Zayed et les forces politiques palestiniennes ont dénoncé son assassinat et rappelé le rôle historique et actuel des services de renseignement israéliens dans l’assassinat de dirigeants et activistes palestiniens en Palestine même ou à l’étranger, et particulièrement des personnes « recherchées » par Israël. Nayef Zayed a été retrouvé dans le jardin de l’ambassade après qu’on l’eut poussé ou qu’il fut tombé d’un endroit surélevé. Il n’y avait pas de caméras ni de gardes de sécurité dans l’immeuble.

L’assassinat de Nayef Zayed, qui fait toujours l’objet d’une enquête de la police bulgare, a suscité des protestations partout en Palestine et à l’étranger, où les Palestiniens et leurs amis ont insisté sur le rôle dans sa mort de l’État israélien et de ses services de renseignement, des forces de sécurité bulgares et de l’Autorité palestinienne. En particulier, les participants à la campagne ont mis en exergue le rôle de l’ambassadeur palestinien Ahmad al-Madhbouh en confinant Nayef Zayed dans l’ambassade, en lui refusant tout contact avec des visiteurs, avocats et médecins (y compris les représentants de Samidoun), en le menaçant de l’expulser ou de le remettre aux autorités bulgares pour qu’il soit extradé, en menaçant d’interdire à sa femme de le voir et en accroissant encore de la sorte les pressions sur Omar, tout en négligeant de prendre les mesures les plus élémentaires pour sa sécurité, tels pose de caméras, contrôle de l’accès aux clés de l’ambassade, ou encore location des services d’un garde de sécurité.

Des organisations politiques palestiniennes, dont le Front populaire de libération de la Palestine, l’organisation de gauche dont Nayef Zayed était membre, et des personnes influentes, comme l’ancien détenu et gréviste de la faim Khader Adnan, ont réclamé une enquête et la démission d’al-Madhbouh et du ministre des Affaires étrangères Riyad al-Malki, responsable du cas de Nayef Zayed et de la gestion des ambassades de Palestine dans le monde.

Mardi 15 mars, la communauté palestinienne a manifesté à l’extérieur de l’ambassade de PalestineNayef Zayed avait cherché refuge durant 70 jours et où son corps ensanglanté à été retrouvé le 26 février. Les manifestants ont réclamé la démission de Madhbouh et Malki, et ils ont également exigé que justice soit fait autour de cette affaire. Une délégation de l’Autorité palestinienne a été envoyée à Sofia peu après l’assassinat. Toutefois, elle ne comptait dans ses rangs ni enquêteurs criminels, ni pathologistes, ni autres experts, mais uniquement des mandataires politiques. La famille s’est retirée de cette commission et a réclamé instamment la constitution d’une seconde commission composée d’experts indépendants. Un représentant du Ministère public palestinien se trouve actuellement à Sofia pour un complément d’enquête sur l’affaire, mais sans être accompagné d’une commission d’experts qui pourraient, par exemple, pratiquer une autopsie en toute indépendance. Des rapports ont indiqué hier qu’une nouvelle commission officielle palestinienne allait être mise sur pied et que, cette fois, elle comprendrait également des médecins légistes, des juges d’instruction et des hommes de loi.

Le 16 mars, les Palestiniens de Sofia, rejoints par la femme de Nayef Zayed, Rania, et leurs trois enfants, ont protesté sur le parvis du tribunal central de Sofia, réclamant une résolution équitable concernant l’enquête en cours et qui soit libre de toute ingérence politique ou intimidation. Ils ont réclamé justice pour Nayef Zayed, des poursuites à l’encontre des personnes responsables de sa mort et une clarté totale sur les faits qui ont entouré sa mort, en dépit des pressions politiques exercées par l’État d’Israël.

sofia3 (Copy)


Publié le 17 mars 2016 sur Samidoun Palestian Prisoner Solidarity Network
Traduction : Jean-Marie Flémal

D’autres articles de Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network, publiés sur ce site.

Print Friendly, PDF & Email