Dans l'actu

Rencontrez Christophe Oberlin, le 1er juin à Marcinelle

Myriam De Ly

Christophe Oberlin est à la fois professeur d’université, chirurgien, écrivain, traducteur, témoin, militant et, surtout, un passionné de la Palestine. Un homme qui croit dans la capacité de résistance des Palestiniens et qui, à partir d’une solide connaissance de leur histoire, défend une vision optimiste quant à leur avenir.

DSCI0713_508x381

Christophe Oberlin et Rami Al Banna, Palestinien de Gaza, lors d’une soirée à Charleroi (Photo : MDL)

Christophe Oberlin a 63 ans. Chirurgien des hôpitaux et professeur à l’Université de Paris VII, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail clinique et universitaire, il participe depuis trente-cinq ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique subsaharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie.

Depuis 2001, il dirige régulièrement des missions de chirurgie et d’enseignement dans la Bande de Gaza. Pas sans problèmes, évidemment. Son équipe médicale a connu de nombreuses difficultés pour se rendre à Gaza. Il est même arrivé qu’après deux jours d’attente à Rafah, elle a été obligée d’emprunter les tunnels pour arriver à destination. Mais Christophe continue à se rendre à Gaza, pour travailler, pour enseigner, pour témoigner et pour agir.

Nous avons publié une première vidéo sur notre site en 2010, réalisée par Chris Den Hond,  dans laquelle Christophe réfute une série de préjugés à l’égard du Hamas et donne de sa gouvernance une tout autre image que celle véhiculée par nos médias traditionnels.

Les témoignages de Christophe Oberlin ont fait l’objet de plusieurs livres.

Son premier livre, Survivre à Gaza (2009) est un livre d’entretiens avec son ami le chirurgien Gazaoui Mohamed Al-Rantissi, le frère d’Abdelazziz Al Rantissi, l’un des fondateurs du Hamas, assassiné par Israël en 2004. Il permet de comprendre le parcours incroyable de bon nombre de diplômés vivant dans la bande de Gaza, qui ont dû faire preuve d’une volonté et d’un courage époustouflants pour parvenir à faire des études et exercer leurs compétences.

Il traduit lui-même un livre de Gérald Butt, qu’il a trouvé à Gaza lors d’un de ses séjours, et publie ensuite Gaza au carrefour de l’Histoire (2011).

Chroniques de Gaza, c’est la vie de tous les jours, les anecdotes, les espoirs et réalisations que l’auteur, curieux de tout, a glanés au cours de ses dizaines de voyages et de ses centaines de rencontres sur place. C’est toujours dans l’optique de faire vivre les Gazaouis, de comprendre comment ils tiennent le coup, et de démystifier la propagande diabolisant la Bande de Gaza, ses dirigeants, ses tunnels, son ambiance, que Christophe Oberlin a écrit ce deuxième livre, recueil de choses vues et entendues.

Rencontre à Charleroi le 17 septembre 2011 : Christophe écoute attentivement les témoignages de jeunes étudiantes de Condorcet qui ont effectué un stage dans un hôpital à Bethléem. (Photo : MDL)

C’est à l’occasion de la sortie de ce livre que la Plate-forme Charleroi-Palestine l’a invité une première fois à Charleroi.

Nos chemins se sont de nouveau croisés lors de l’action « Bienvenue en Palestine ». Christophe comptait parmi les nombreuses personnalités françaises, belges et d’ailleurs dans le monde, qui soutenaient le droit d’entrée dans les territoires palestiniens sans être confrontés à l’arbitraire israélien et qui ont expressément apporté leur soutien à la mission du 8 juillet 2011.

Je me rappelle ses mots lors d’un meeting de soutien à Paris. Il rappelle la Gaza Freedom March, où 1 400 interna­tio­naux, bloqués au Caire et qui n’ont pas pu se rendre à Gaza, ont quand même pu faire entendre au monde entier leur message de solidarité contre le blocus de Gaza. Et il conclut : « Quelle que soit l’issue de votre mission, ce sera forcément un succès ! » Et ce fut effectivement le cas. Les participants à cette mission de juillet 2011 ont pu démontrer aux yeux du monde entier que le blocus d’Israël n’est pas uniquement pratiqué contre Gaza mais s’applique également à tous les territoires palestiniens. De plus, ce blocus ne s’exerce pas seulement sur le sol de la Palestine mais aussi sur notre territoire européen, où nos gouvernements, complices d’Israël, mettent en application les décisions israéliennes.

Avec Ibrahim de Liège, un des militants belges qui avait été enfermés dans la prison de Ramleh (Photo : MDL)

Plus tard, en 2012, il publiera nos témoignages « carcéraux » dans le livre Bienvenue en Palestine, destination interdite.

La Vallée des Fleurs sortira en 2013. C’est l’histoire peu connue de 417 Palestiniens (du Hamas et du Djihad islamique) qui sont capturés et déportés en 1992 à « Marj el Zouhour », dans les montagnes du Sud-Liban (occupées par Israël), et ceci dans le contexte de négociations qui aboutiront aux « Accords d’Oslo ».

Christope Oberlin était présent à Gaza du 14 au 23 juin 2014, juste avant la dernière guerre d’agression. Il témoigne comment Gaza se prépare à la guerre.

Fin juillet, Christophe facilitera le dépôt d’une plainte pour les crimes de guerre commis à Gaza par l’armée israélienne. Cette plainte est déposée par Saleem Al-Saqqa, ministre de la justice du nouveau gouvernement palestinien d’unité nationale, et par M. Ismael Jabr, procureur général de la Cour d’appel de Gaza, devant la Cour pénale internationale. La plainte est déposée le vendredi 25 juillet 2014.

Conférence de presse au bureau de Paris avant le dépôt de la plainte

Christophe ne mâche pas ses mots et dénonce les manœuvres de l’Autorité palestinienne lorsque, 10 jours plus tard, le 5 août, Riad Al Maliki,  ministre des Affaires Etrangères de Palestine a obtenu de Mme Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale, l’annulation de cette plainte.

En novembre de la même année, il publie le livre « Le Chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale »

En France, les prosionistes ne lui rendent pas la vie facile non plus. Le CRIF est à l’origine d’une enquête des Autorités de l’université et de l’Ordre des médecins. Christophe avait posé une simple question de droit humanitaire à ses étudiants.

Dans l’ombre, Christophe cherche des traducteurs, des éditeurs pour publier des livres de Palestiniens ou sur la Palestine, comme Une histoire populaire de la résistance palestinienne de Mazin Qumsiyeh.

Il vient de publier lui-même un autre livre, L’échange, le soldat Shalit et les Palestiniens, qu’il nous présentera le mercredi 1er juin à Marcinelle. On peut lire sur le dos du livre :

« Le soldat a été enlevé hier par des groupes armés islamistes palestiniens…
Paris est concerné car l’otage est aussi français par son père. »
Ainsi débute une saga qui va durer cinq années. Tandis qu’une médiatisation
sans précédent de la capture et de l’emprisonnement du soldat israélien
envahit le quotidien des Français, les quelque dix mille Palestiniens
emprisonnés en Israël ne constituent pour les pays occidentaux rien de plus
qu’une statistique.
Christophe Oberlin s’attache ici à nous faire connaître le parcours de certains
d’entre eux, leur vie et leurs espoirs. Il nous fait entrer aussi dans le secret des
négociations qui ont abouti à l’échange de prisonniers le plus spectaculaire
de l’histoire du conflit israélo-palestinien. »

Nous vous invitons à venir écouter cet homme engagé dont nous avons très fortement apprécié les interventions et les conversations que nous avons eues avec lui  :

Mercredi 1 juin 2016, à 19 h à Médecine pour le Peuple, rue de la Vieille Place 67, Marcinelle (Charleroi). Soyez les bienvenu(e)s.

1 Juin 2016

Print Friendly, PDF & Email