Dans l'actu

Rencontre avec quatre députés palestiniens d’Israël sur la loi raciste votée par Israël

Fotoula Ioannidis

L’ABP a proposé une rencontre exceptionnelle ce 3/9/2018 à Bruxelles, avec ces témoins privilégiés sur les récentes offensives gouvernementales d’Israël contre les minorités et les droits et libertés fondamentales.

Etaient présents, les députés:
Ayman Odeh, parti Hadash – PC FDLP
Aida Touma Suleiman, Parti Hadash et féministe
Dr. Jamal Zahalka, parti Balad, parti nationaliste arabe
Masoud Ghanayiem Mouvement islamique

Ainsi que Jaafar Farah (directeur du Centre Mossawa)

La délégation de 4 député-e-s de la Liste Unifiée est en visite à Bruxelles afin de sensibiliser les instances européennes sur les conséquences de la “loi sur l’Etat-Nation” qui consacre l’apartheid en Israël. Depuis les élections législatives de 2015, la Liste Unifiée regroupe 13 députés des différentes tendances politiques allant du Parti Communiste, Parti Hadash FDLP – FPLP, parti nationaliste arabe et mouvement islamiste. Même si la collaboration politique entre ces divers courants n’est pas évidente, les parlementaires de la Liste Unifiée défendent les intérêts des citoyens palestiniens en Israël. Ils se sont engagés à continuer la lutte nationale et leur collaboration aux prochaines élections. Issue de l’alliance de quatre partis, la coalition représente, par sa taille, le troisième groupe à la Knesset (Parlement), ce qui n’empêche pas ses membres d’être régulièrement victimes d’ostracisme de la part de la majorité gouvernementale.

L’expérience de cette Liste Unifiée est un modèle pour tout le monde arabe. Cette coalition est tout à fait nécessaire aujourd’hui où les enjeux sont très dangereux. Les citoyens arabes de 1948 vivent déjà en étant confrontés aux discriminations, racisme mais aujourd’hui cette nouvelle loi israélienne est un véritable danger. C’est la raison de la présence des députés à Bruxelles et auprès des institutions européennes afin de montrer le danger de cette loi raciste, utilisée au nom de la démocratie et selon le concept de la démocratie. On ne peut pas permettre à Netanyahou d’affirmer à travers le monde qu’Israël est la seule démocratie.

Aujourd’hui, la lutte nationale est très importante, beaucoup de tentatives politiques existent pour diviser le peuple palestinien mais elles ont échoué. La lutte interne est plus efficace sur le territoire national qui se mène sur le terrain, comme en Afrique du sud et ne se contente pas que de slogans comme ceux à l’extérieur.

Aida Touma Suleiman, députée du Parti Hadash, se déclare féministe et elle était déjà venue en novembre 2017 à Bruxelles pour convaincre l’Union Européenne des dangers de cette loi israélienne. Toutes les circonstances et contexte ont conduit à cette loi. Elle ne représente qu’une étape ce n’est pas encore terminé ! Elle croit que cette loi comporte deux aspects : l’un au niveau narratif et historique et l’autre concerne le futur et le futur état d’Israël où les seules personnes revendiquant ce pays seront uniquement les juifs. Cette loi ne cite ni les Arabes israéliens ni les Palestiniens à l’extérieur. Elle ne reconnaît pas les frontières d’Israël et légitimise les colonies sur les terres palestiniennes. La loi a été votée dans le contexte de ces deux dernières années de colonisation de plus de terres. La loi est passée 2 mois après la décision des États Unis de déplacer l’ambassade des USA à Jérusalem, la prochaine étape sera la déclaration de Jérusalem comme capitale d’Israël. Il s’agit du « new deal » des Etats Unis.

La volonté de traiter Gaza comme un problème humanitaire et non pas dans le cadre de toute la Palestine, est un grave problème. Le cas de la destruction du village palestinien de Khan Al Ahmar est important car il se situe à la frontière entre le nord et le sud de la Cisjordanie.

Aida Touma Suleiman est contre la solution de 2 états. Aujourd’hui Israël déclare un seul état d’apartheid, Israël est un régime d’apartheid.

La Nakba de 1948 continue encore aujourd’hui en 2018. Il n’y a pas encore un état palestinien nous sommes passé d’un mouvement de libération à un état palestinien sous occupation et c’est une grande erreur. L’autorité palestinienne a fait des erreurs mais Israël, état occupant commet des crimes et des assassinats des dirigeants palestiniens.

Les Palestiniens d’Israël représentent une partie du peuple palestinien et participent à la lutte nationale et leurs actions à l’intérieur d’Israël sont très importantes pour l’ensemble du peuple palestinien.

Jamal Zahalka, député de Balad, parti nationaliste arabe est venu à Bruxelles pour faire condamner cette loi raciste, faire pression sur Israël pour supprimer cette loi comme « self defense » parce que les Palestiniens sont attaqués et veulent vivre comme des citoyens ordinaires. L’état doit rester neutre et appartenir à tous les citoyens cette nouvelle loi ne destine l’état uniquement qu’aux seuls citoyens juifs. On ne peut pas affirmer que cela est de la démocratie.

Israël agit à travers une assemblée constituante et non par un parlement, comme en janvier 1949 lors de la discussion sur une constitution ! Israël n’a toujours pas de constitution mais des lois de base ! Qui sont les personnes qui ont voté lors de cette assemblée constituante Il s’agit du « dirty secret » de la « démocratie » d’Israël. Les députés palestiniens de la Knesset ont été expulsés lors de ce vote qui est illégal comme la loi votée, on ne peut pas déclarer qu’Israël est un état juif c’est illégal !

La stratégie d’Israël divise et sépare le peuple palestinien de la diaspora les empêche de lutter pour leurs droits et même de retourner en Palestine.

Pour lui cette loi a réuni le peuple palestinien et est plus importante que d’avoir un état, leur lutte commune pour l’unité et contre la division, être une seule nation !

Le Professeur Jaafar Farah, directeur du Centre Mossawa déclare que le fait d’être invité ici à Bruxelles est un espoir pour les Palestiniens car nous voyons que des personnes ici dans le monde, se préoccupent du peuple palestinien et de ses droits. Il confie qu’il a été arrêté à 18 ans par les Israéliens et en mai 2018, il a été à nouveau arrêté avec son fils âgé de 18 ans.La Loi est arrivée pour casser les rêves des Palestiniens d’être égaux ou des humains. 20% des citoyens en Israël sont des Palestiniens qui ne sont jamais concertés pour cette loi. Il n’y aura pas de paix sur la séparation, la mentalité de ghetto est très dangereuse.

Il propose d’organiser des actions à l’aéroport à Bruxelles lors de l’immigration des juifs belges vers Israël mais aussi de voter pour les bons candidats lors des prochaines élections. Il faudrait un lobby pro palestinien en Belgique comme l’Aipac, lelobby israélien aux Etats Unis.


Compte rendu par Fotoula Ioannidis

Lisez également : Israël adopte une loi sur l’«État-nation» consacrant la suprématie juive

et : La nouvelle loi israélienne sur «l’État-Nation» officialiserait l’apartheid déjà bien ancré dans les faits

Print Friendly, PDF & Email