Dans l'actu

Rassemblement à Charleroi pour la fin de toute forme de complicité de l’Europe avec les crimes israéliens

La Plate-forme Charleroi-Palestine a organisé ce jeudi 10 juin 2010 un rassemblement devant l’Hôtel de Ville, pour réclamer la fin – sous toutes ses formes – de la complicité de l’Europe, et de la Belgique qui en fait partie, et des villes et communes qui la composent, avec la colonisation de la Palestine et avec les crimes de guerre commis de manière répétitive par Israël. L’acte de piraterie en haute mer commis le 31 mai n’est en effet que le dernier en date d’une longue, très très longue série.

Manifestation pour la fin de la complicité de l’Europe avec les crime d’Israël from Luc Delval on Vimeo.

Une galerie de photos prises lors de la manifestation : cliquez ICI

 


Le rassemblement a réuni 250 personnes devant l’Hôtel de Ville de Charleroi, et la Plate-forme Charleroi-Palestine a eu la satisfaction d’enregistrer à cette occasion l’adhésion individuelle d’un nombre record de nouveaux membres.
Une délégation a été reçue par le bourgmestre de Charleroi, M. Jean-Jacques VISEUR (CDH) et l’échevin Paul Ficheroulle (PS). Le bourgmestre s’est associé aux manisestants pour condamner la tuerie commise par la marine de guerre israélienne contre la « flottille de la liberté », le 31 mai. Il a relevé une idée émise, dit-il, par Jean Daniel – lequel est peu suspect d’hostilité contre l’existence d’Israël – qui suggère que l’Union Européenne matérialise le « droit d’ingrérence » dont elle se targue depuis quelques années en mettant elle-même sur pied une « flottile de la liberté » qui aille briser le blocus intolérable de Gaza.

Informé par nos soin de la poursuite – en dépit des assurances répétées données par son président, Jean-Luc DEHAENE – du financement par DEXIA de la colonisation du territoire palestinien Jean-Jacques VISEUR s’est déclaré « très irrité », car – dit-il – lorsque les administrateurs de Dexia-Belgique posent des questions à ce propos on leur assure que « le problème est résolu » et qu’il « n’est plus d’actualité ».

Des preuves concrètes du contraire lui ont été communiquées, et d’autres encore le seront très rapidement. Jean-Jacques VISEUR s’est engagé, sur ces bases, à proposer à Thierry JACQUES, président du Mouvement Ouvrier Chrétien (lequel est actionnaire de DEXIA), une vigoureuse intervention pour qu’une fois pour toutes DEXIA cesse de financer les colonies juives en territoire palestinien via sa filiale israélienne.

 

Print Friendly, PDF & Email