Dans l'actu

Rafah : le Hamas fait abattre des dizaines de maisons habitées

“The Palestine Telegraph”, sous la signature de Rizek Abdel Jawad, rapporte sur base de témoignages que dimanche dernier la police du Hamas, a expulsé brutalement les habitants de dizaines de maisons de Rafah, au sud de la Bande de Gaza, avant d’abattre les bâtiments à l’aide de bulldozers.

Les dirigeants du Hamas à Gaza ont déclaré que les maisons en question ont été construites illégalement sur des terrains publics.

Depuis des années, les Palestiniens ont à juste titre critiqué Israël pour la destruction massive de maisons palestiniennes [en], principalement sous prétexte qu’elles ont été construites sans permis délivré par l’armée, lesquels permis sont impossibles à obtenir. Maintenant, les habitants de Rafah se plaignent et leur propre gouvernement, dirigé par le Hamas, qui agit de la même manière.

Ils avaient promis la réforme et du changement et au lieu de cela ils ont détruit nos maisons” [1], a lancé Miasar Gan, une femme de 54 ans, qui affirme que son mari et elle n’ont “nulle part où aller”. “J’ai trouvé mon matelas, et c’est là que je serai assise”, dit-elle, debout à côté du gros morceaux de béton qui constitue tout ce qui reste de sa maison.

Sa voisine, Abou Jara Nazira, 56, dit que des femmes policières, portant le voiles typique des femmes musulmanes conservatrices,  l’ont battu avec les clubs jusqu’à ce qu’elle quitte sa maison avec son mari et leurs deux enfants. “Les voisins nous aident à nous en tirer par charité. Nous n’avons pas les moyens de construire à nouveau”, a déclaré Abou Jara.

D’autres habitants dont l’habitation a été détruite fouillent les décombres pour récupérer des vêtements poussiéreux et des meubles mutilés . Selon des habitants, entre 30 et 40 maisons ont été démolies, allant de structures de béton à des baraques en tôle. Ils ne savaient pas combien de personnes ont été touchées. Des responsables du Hamas n’a pas permis aux journalistes de pénétrer dans la zone avant que les démolitions soient terminées.

Même s’ils étaient autorisés à reconstruire, les victimes de ces mesures brutales seraient bien en peine de le faire, puisque Israël n’autorise toujours pas l’importation de la plupart des matériaux de construction à Gaza, soumis à un blocus israélien depuis que le Hamas est au pouvoir. Et les résidents nouvellement sans-abri sont peu susceptibles d’être en mesure de payer le prix très élevés pratiqués au marché noir pour le béton, l’acier et le bois.

Le maire de Rafah, Issa Nashar, a leur promis un autre logement, mais le ministre du Logement de Gaza, Yousef Al-Mansi a dit qu’il n’avait aucune information à ce propos.

L.D.


[1] Le Hamas a récolté les suffrages de nombreux Palestiniens lors des élections non pas tant en raison de ses positions islamistes que parce que ce mouvement paraissait épargné par la corruption qui a affecté l’Autorité Palestinienne et le Fatah. – NDLR

Print Friendly, PDF & Email