Dans l'actu

Racisme ordinaire : des rabbins rappelent que la loi religieuse juive interdit la vente et la location d’appartements à des Arabes

Selon Haaretz, un groupe de 18 rabbins éminents, dont le grand rabbin de Safed, a signé un appel invitant les juifs à s’abstenir de louer ou de vendre des appartements à des non-Juifs.

Dans la ville de Safed, la population d’étudiants arabes a sensiblement augmenté (ils sont actuellement 1.350 sur un total de 2.200 étudiants), ce qui manifestement indispose les religieux juifs. On sait que dans d’autres lieux, à commencer par Tel Aviv, la réaction des autorités pour faire face à une pénurie de logements pour étudiants a été d’en évincer les Arabes, en ayant bien entendu soin de couvrir la mesure d’un vernis de légalité pour dissimuler son caractère intrinsèquement raciste.

La semaine dernière, a  eu lieu à Safed une «conférence d’urgence» intitulée « Guerre silencieuse : lutte contre l’assimilation dans la ville sainte de Safed », qui a réuni 400 participants au centre culturel municipal, pour entendre notamment un leader d’extrême-droite, Baruch Marzel.

Par “refus de l’assimilation”, il faut comprendre évidemment “apartheid”, et de fait c’est bien une “guerre silencieuse” qui vise la minorité arabes d’Israël, dans la vie de tous les jours.

Selon Haaretz, c’est le conseil religieux de la ville qui avait payé la location de la salle.

Les intervenants à la conférence ont exprimé leur inquiétude au sujet du projet de construction d’une école de médecine dans la ville, ce qui selon eux favoriserait “la prise de contrôle arabes de Safed ”. On constate en effet que la proportion d’étudiants Arabes est plus forte dans les études de médecine que dans les autres filières de formation.

Pour conjurer le terrible danger de la prolifération de non-juifs dans leur ville, les rabbins de Safed ont trouvé à la fois un moyen infaillible et des arguments massue : ils demandent aux propriétaires juifs de refuser de louer des logements à des Arabes, au motif que – disent-ils – cela ferait baisser la valeur de leur bien, ainsi que de tous les autres biens immobiliers du quartier.

« Leur mode de vie est différent de celle des Juifs. Parmi [les Gentils] certains sont amers et haineux envers nous et ils se mêlent dans nos vies au point qu’ils sont un danger », écrivent les rabbins signataires de l’appel. Qui plus est, non seulement les propriétaires de logements sont invités à refuser de louer à des Arabes, mais les rabbins leur demandent en plus de dénoncer – au besoin publiquement – ceux d’entre eux qui n’obéiraient pas à cette injonction à la fois religieuse et financière…

Un représentant des étudiants Arabes de la ville a confié à Haaretz qu’il est de plus en plus difficile pour ceux-ci de se loger, et que quand ils parviennent à louer un appartement les problèmes sont loin de s’arrêter. Ainsi, raconte-t-il, dans les environs du moshav de Biriya, lorsque le voisinage (juif) a compris que des Arabes allaient emménager, ils ont menacé de mettre le feu à l’appartement…

Le grand rabbin de SafedShmuel Eliyahu a déjà été poursuivi dans le passé pour incitation à la violence pour avoir appelé à l’expulsion de tous les étudiants arabes, après un attentat suicide.« Vous pouvez répéter vingt fois “raciste”, a-t-il un jour déclaré dans une interview. Cela n’a pas d’effet sur moi. La loi religieuse juive interdit la vente d’appartements et la location d’appartements à des Arabes ».

Il faut bien le dire : refuser de louer un logement à des Arabes pour la seule raison qu’ils ne “sont pas comme nous”, ce n’est ni en Belgique ni en France ni à plus forte raison aux Pays-Bas ou dans quelque autre pays “démocratique” qu’on verrait une chose pareille ! (voir ci-dessous)

Mais si, par extraordinaire, cela arrivait, du moins le propriétaire n’aurait-il nul besoin d’un alibi religieux…

CONSONANCE RACISTE

Le maire UMP de Pont-de-Cheruy (Isère) a été condamné le 16 juin 2010 par la Cour d’appel de Grenoble à 5 ans d’inéligibilité et 22.500 € de dommages et intérêts pour avoir « usé abusivement de son droit de préemption à des fins discriminatoires », à savoir d’empêcher « des acquéreurs potentiels de biens immobiliers portant un nom à consonance maghrébine de s’installer dans la commune ». Un comité de soutien a été formé par l’UMP locale pour récolter des fonds parmi la population afin de l’aider à payer. (Le Canard Enchaîné du 20 oct. 2010)

Print Friendly, PDF & Email