L'actu

Quand sioniste américain fâché, lui toujours faire comme ça…

La Grande ZOA (Zionist Organization of America) est très très fâchée. Contre l’administration Trump, dont elle attendait tant et dont le Département d’État (les Affaires étrangères) a osé publier un rapport qui reproduit à peu près les critiques à l’égard d’Israël qui figuraient dans le précédent, publié durant le mandat du très très méchant Obama, qu’elle détestait tant. Du coup la ZOA réclame la démission du Sécrétaire d’État Rex Tillerson, coupable de crime de lèse-Israël. Non mais, c’est qui le patron sur cette planète, hein ?

Sur le site web de la ZOA…

Ainsi donc, comme chaque année à pareille époque, le Département d’État a publié son rapport concernant le “terrorisme mondial” (tel qu’on le conçoit à Washington, évidemment).  Cette édition, qui porte que les événements de 2016, reprend pratiquement à l’identique ce que contenait la précédente, publié à l’époque où Obama était toujours locataire de la Maison Blanche. En particulier pour le bref chapitre consacré à Israël, à l’Autorité Palestinienne et à Gaza (voir pages 186 et suivantes).

Les plus droitiers des supporters étatsuniens d’Israël ont piqué une grosse colère en constatant que le rapport contient une référence aux colonies israéliennes et “au manque d’espoir” parmi les Palestiniens comme deux facteurs qui ont contribué au développement du “terrorisme palestinien”. Et lorsque le Département d’État affirme que l’Autorité Palestinienne n’encourage pas la violence contre Israël et est un partenaire digne de confiance dans la “lutte contre terrorisme” en Cisjordanie ils se sont littéralement étouffés de rage.

Le rapport de l’an dernier n’affirmait pas autre chose, et cela avait à l’époque suscité peu de remous. Mais, a avoué avec une rafraîchissante ingénuité le Président de la ZOA, Mort Klein – qui a vigoureusement soutenu la candidature de Donald Trump pour la présidence – avec Obama les sionistes de choc ne s’attendaient pas à autre chose. Ils n’imaginaient pas, en revanche, que sous la présidence de leur Trump adoré le Département d’État aurait le culot – “chutzpah”, en sioniste dans le texte – de critiquer la politique d’Israël, si peu que ce soit.

“[Rex Tillerson] ne remplit pas son devoir de promouvoir l’agenda du président sur le terrorisme et Israël”, a poursuivi Klein. “Il peut y avoir des débats au sein d’une organisation, mais une fois que la personne qui dirige a pris une décision, tout le monde doit la respecter. Trump a été très clair dans ses discours sur le terrorisme, de sorte que vous ne pouvez pas accepter que le Département d’État de publie des rapports qui donnent des excuses pour le meurtre palestinien de Juifs”.

Bref, tout comme l’ONU (et spécialement l’UNESCO), le Département d’État et son actuel patron, Rex Tillerson, sont antisémites, les dirigeants de la ZOA n’ont à ce propos aucun doute.

Le membre “Républicain” de l’Illinois du Congrès, Peter Roskam, a pour sa part écrit une lettre pleine d’indignation à Tillerson pour exiger que le rapport litigieux soit modifié, et en éliminer les “nombreuses inexactitudes”. Et particulier il tient à ce que le Département d’État reconnaisse que “au plus haut niveau, les dirigeants de l’Autorité palestinienne (PA) incitent directement, récompensent et, dans certains cas, dirigent des attaques terroristes contre des Israéliens innocents”.

La première page de la lettre du Réprésentant de l’Illinois Peter Roskam à Rex Tillerson.

Mais contrairement à la ZOA, le distingué élu de l’Illinois ne demande pas à Trump de virer Rex Tillerson. Ouf !

 

L.D.

Print Friendly, PDF & Email