Dans l'actu

Propagande : une campagne de plus pour redorer le blason d’Israël

«Expliquons Israël». Tel est le nom de la campagne que vient de lancer l’État hébreu afin de redorer son blason à l’étranger.

Pour y arriver, le ministre de l’Information Youli Edelstein fait distribuer aux deux millions d’Israéliens quittant leur pays pour les vacances une brochure expliquant ce qu’ils devraient raconter à leurs interlocuteurs. À propos des colonies juives de Cisjordanie, le ministère de l’Information écrit par exemple qu’elles sont «légitimes» puisqu’elles seraient selon lui «installées à l’emplacement de villages juifs du temps de la Bible : “La plupart des villages arabes de Judée-Samarie (NDLR : La Cisjordanie dans le jargon officiel israélien) portent d’ailleurs des noms bibliques, ce qui témoigne des racines juives de cette région”. »

Dans la foulée, la brochure affirme que le démantèlement des 25 implantations de la bande de Gaza (août 2005) «s’est déroulé en dépit de notre droit historique sur cette terre». Quant au plateau du Golan conquis sur la Syrie en juin 1997 et annexé en décembre 1981, il est «crucial de le conserver pour la sécurité d’Israël».

Agrémenté de photos, l’argumentaire présente l’État hébreu de manière positive. Entre deux prises de position politiques relatives à la colonisation et à l’intifada, il affirme qu’Israël «a inventé le système d’irrigation au goutte à goutte, la culture du désert et la tomate sherry».

Parallèlement à la distribution de cette brochure dans les avions des quatre compagnies d’aviation israélienne, le ministre a mis place un site internet (1) auquel les futurs voyageurs peuvent s’adresser pour demander des conseils en ligne. Près de 200.000 demandes de conseil auraient été enregistrées en une dizaine de jours.

Les leaders d’opinion, les hommes d’affaires se rendant fréquemment à l’étranger, les hauts fonctionnaires et les diplomates bénéficieront d’une formation spéciale dispensée dans plusieurs centres d’information. Là, les personnes sélectionnées en fonction de l’influence qu’elles pourraient avoir hors de l’État hébreu seront formées aux techniques de l’argumentation par « Debate », une société de relations publiques.

Afin d’inciter l’Israélien de la rue à y prendre part, la campagne «Expliquons Israël» s’accompagne d’un important matraquage. Des publicités satiriques mettent en scène des reporters étrangers débarquant dans l’État hébreu et racontant n’importe quoi sur ce qui s’y passe. Alors qu’un envoyé spécial britannique présente le chameau comme «un animal typiquement israélien avec lequel les habitants se déplacent partout dans le désert où ils vivent», une fausse présentatrice française du journal télévisé évoque des «bruits de guerre en Israël». Cela, pendant que défilent des images montrant des jeunes gens fêtant avec des pétards la fête de l’indépendance.

Présentés comme stupides, ignares et condescendants, les 500 correspondants permanents de la presse étrangère en poste en Israël et dans les territoires palestiniens n’apprécient gère la campagne lancée par Edelstein. La Foreign Press Association qui les représente le lui a d’ailleurs fermement fait savoir. Pour sa part, le mouvement «La paix maintenant» a demandé l’interruption de cette campagne qu’il estime «grossière et mensongère», mais il ne semble pas devoir être entendu.


Corespondant – Le Soir

Print Friendly, PDF & Email