L'actu

Procès d’Anvers : mensonges, calomnies et intimidation à l’encontre des manifestants et d’UNIA

Myriam De Ly

Le 21 février, la tribunal correctionnel d’Anvers a condamné, sur base d’une plainte du  FJO (Forum van Joodse organisaties – Forum des organisations juives), un jeune Palestinien de Gaza à 6 mois de prison et à une amende, avec sursis, pour avoir avoir « incité à la haine » lors d’une manifestation contre les bombardements sur Gaza, le 12 juillet 2014.

Au milieu : l’avocat Jos Vander Velpen, président de la Ligue des Droits de l’Homme en Flandre, à sa droite : le jeune Palestinien. Photo : Cécile Harnie

Cette condamnation se basait sur un dossier complètement vide.

Ceci est également l’avis d’un collaborateur de UNIA, qui a communiqué son point de vue dans un mail interne. Il estime que la condamnation est « particulièrement problématique ».

Ce mail a fait l’objet d’une « fuite » et est tombé aux mains des sionistes du site « Joods Actueel » et de la ministre flamande pour l’Égalité des Chances (N-VA), Liesbeth Homans, qui ont immédiatement lancé une campagne de calomnies et d’intimidation à l’encontre des manifestants pour la Palestine et du Centre interfédéral pour l’égalité des chances (UNIA).

Selon « Joods Actueel », les manifestants auraient chanté : « Tous les juifs devraient avoir la gorge tranchée ».(*)

« Un Marocain (…) hurlait qu’il fallait tuer tous les juifs », répète Homans dans le journal du dimanche De Zondag.

Tout cela est complètement inventé et résulte d’une interprétation volontairement diffamatoire d’un slogan lancé en arabe, pendant quelques instants, dans la manifestation, sans l’aval des organisateurs.

Ce qui confirme une fois de plus que le but de la plainte déposée par le  FJO, appuyé par Joods Actueel, était de discréditer les mouvements pour la Palestine.

Sionistes et N-VA sur la même longueur d’onde

Liesbeth Homans (N-VA)

Homans (N-VA) réclame une enquête sur UNIA, estimant cette dernière « partiale face au racisme et à la discrimination ».

Et elle saisit l’occasion pour lancer une attaque plus générale dans De Zondag de ce 26 février. Elle est suivie en cela par la nouvelle secrétaire d’État à l’Égalité des chances Zuhal Demir (N-VA), qui déclare dans Het Nieuwsblad de samedi et sur les plateaux de la VRT, toujours ce dimanche, qu’ UNIA est un « Centre pour la polarisation » et qu’elle soutient la proposition de Homans pour enquêter sur UNIA.

Homans reçoit à ce propos également le soutien des députés Bart Somers (Open VLD) et Yasmine Kherbache (sp.a). Joods Actueel met aussi en doute la « neutralité » de UNIA sous un autre prétexte. « UNIA emploie beaucoup de gens avec un profil prononcé de gauche et anti-israélien », déclare Michael Freilich, rédacteur en chef de « Joods Actueel » .

« À diverses reprises, une juriste de l’organisation, Madame Rachida Lamrabet, a déjà signé des pétitions contre Israël. Elle soutient ainsi le boycott d’Israël et accuse l’État juif d’apartheid. On ne peut quand même pas qualifier une telle personne de neutre et, quand celle-ci doit évaluer des questions traitant d’antisémitisme, on comprend alors très bien pourquoi les associations juives n’y attachent aucune foi. »

Bref, quand on critique la politique de l’État d’Israël, on est forcément conciliant avec l’antisémitisme, si pas antisémite soi-même. Et, ici, nous retombons en pleine propagande israélienne.

Le point de vue de UNIA

La directrice Els Keytsman souligne que la juriste a signé les pétitions en son nom personnel et que c’est parfaitement son droit :

Els Keytsman

« Elle les a signées, non pas au nom de UNIA, mais bien en sa qualité d’auteure, ce qui est son droit constitutionnel. »

« La personne qui a diffusé le mail, ayant fait l’objet d’une fuite, n’est pas en tort. Ce mail s’inscrit dans un échange interne d’informations entre collaborateurs.

Nous condamnons l’antisémitisme, mais sommes étonnés par le prononcé du juge, du fait que l’accusation a été formulée de façon imprécise et parce qu’on n’a pas cité d’infraction concrète à la loi antiraciste. »

« Nous voulons maintenant examiner le jugement. Nous condamnons le fait qu’on scande des messages de haine, mais, à propos de cette affaire, nous croyons davantage en un dialogue débouchant sur des excuses sincères, qu’en une procédure devant les tribunaux. »

Els Keytsman nie que son centre se soit constitué partie civile dans cette affaire. « Nous avons toutefois été la partie lésée », explique-t-elle. « Ainsi, nous sommes tenus au courant du jugement. Nous ne nous constituons partie civile que dans 1% à peine de tous les dossiers. »

Le mail interne d’un collaborateur du Centre

« À titre personnel : à la lumière de la jurisprudence constante de la Cour constitutionnelle et du fait qu’il a été requis une intention particulière d’incitation à la haine et à des actes de violence, je trouve particulièrement problématique la condamnation en première instance du « chanteur » à une peine de prison et à une amende en argent, avec sursis pour une période de trois ans, pour avoir scandé un slogan avec d’autres personnes dans la foule (les person­nes qui ont pris l’initiative de scander le slogan n’ont pas été identifiées).
Aussi, selon moi, l’intention coupable requise d’inci­tation à un acte répréhensible n’est-elle pas présente, et certainement pas sur base de ce qui a été établi dans le dossier pénal et sur base des déclarations du « chanteur » à la police, telles qu’elles figurent dans le dossier pénal.
Je m’attends par conséquent à ce que l’accusé interjette appel en vue dans l’espoir d’être acquitté sur toute la ligne devant la Cour d’appel d’Anvers.
Le jugement n’est pas définitif non plus. Le délai d’appel est de trente jours.
Il me semble souhaitable de s’enquérir en premier lieu de la motivation du tribunal et de vérifier si l’accusé fera appel, avant de réagir en direction de Joods Actueel. Est-ce OK pour vous ? »


Traduction des extraits de journaux : Jean-Marie Flémal

(*) D’autres journaux, qui n’ont pas suivi le procès, comme La libre Belgique, répètent le même mensonge « Tous les Juifs devraient avoir la gorge tranchée », sans aucune vérification. LLB va même jusqu’à dire que les sionistes de Joods Actueel représentent la communauté juive de Flandre. Pour rappel, une autre organisation juive a soutenu les inculpés.

D’autres articles, publiés sur ce site, concernant le procès d’Anvers :

Anvers : un jeune Palestinien de Gaza condamné à 6 mois de prison avec sursis

Solidarité avec les activistes pour la Palestine d’Anvers, poursuivis pour incitation au racisme 

En marge du procès contre les activistes pour la Palestine d’Anvers, les commentaires de Lucas Catherine

 

Print Friendly, PDF & Email