Dans l'actu

Piraterie sanglante : Lieberman ouvre son parapluie avant le début de l’enquête

Depuis une semaine, des spécialistes de la hasbara israélienne déploient des trésors d’ingéniosité, dans tous les média et à l’échelle mondiale, dans le vain espoir de démontrer que la marine de guerre israélienne avait parfaitement le droit d’arraisonner la « flottille de la liberté » dans les eaux internationales de la méditerranée.

Mais ils doivent bien se rendre à l’évidence  : ça ne marche pas !  Même les alliées américains n’avalent pas un bobard aussi gros. Pas trop envie de se ridiculiser pour faire plaisir à Netanyahou, probablement.

Il a donc bien fallu que la propagande israélienne ajuste le tir. Voilà donc que la presse israélienne rapporte que «lors des discussions préparatoires du gouvernement sur la façon de traiter la flottille, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que les forces de sécurité d’Israël devaient attendre que les navires atteignent les eaux territoriales du pays – dont la limite de trouve à 20 miles de la côte – avant de lancer une opération».

Autrement dit, Lieberman repasse la “patate chaude” à Barak, à charge pour lui de se débrouiller pour que “l’armée la plus morale du monde” s’en sorte avec les honneurs… Ils ont en la matière une certaine expérience.

Quoiqu’il en soit, on discute toujours à Jérusalem de la mise en place d’une commission d’enquête, dont Netanyahou voudrait qu’elle ne s’occupe, en ce qui concerne l’opération de piraterie sanglante, que des aspects juridiques du problème, mais qu’en même temps elle enquête aussi sur les activités des militants qui se trouvaient à bord de la « flottille de la liberté ». Tout cela uniquement entre Israéliens choisis par lui-même, bien entendu.

Selon Haaretz, la mise en place de la commission d’enquête prend du retard à cause d’un désaccords persistant avec Washington, tant sur la composition que sur le mandat de la future commission. Un désaccord qui peut ne pas être inutile, le temps qui passe étant du temps gagné du point de vue israélien. On peut d’ailleurs être assurés qu’une fois qu’elle aura entamé ses travaux, la commission mettra de longs longs mois à déposer ses conclusions…

L.D.

Print Friendly, PDF & Email