Dans l'actu

Piraterie sanglante : les victimes criblées de balles tirées à bout portant, souvent dans le dos ou la tête

DERNIERES NOUVELLES :

Le « Rachel-Corrie a été arraisonné par les pirates israéliens, semble-t-il sans violences mais contrairement à ce que prétend l’armée israélienne SANS L’ACCORD de l’équipage et des passagers (violence ou pas, c’est donc bien un acte de piraterie, le blocus imposé par Israël étant totalement contraire au droit international).

Le « Rachel-Corrie » sera semble-t-il conduit dans le port israélien de Ashdod, où sa cargaison serait – selon certaines informations – inspectée par des fonctionnaires des Nations-Unies et non par des militaires israéliens, suite à une intervention en ce sens du gouvernement irlandais (le navire est immatriculé en Irlande).

Les Israéliens refusent d’appeler le “Rachel-Corrie” par son nom, puisque c’est aussi celui d’une jeune américaine assassinée par leur armée dans la Bande de Gaza
Suivez l’évolution de la situation en direct  sur http://www.witnessgaza.com

Les neuf victimes turques du raid israélien contre la « flotille de la liberté » vers Gaza, lundi dernier (31/5), ont été criblées de balles, et plusieurs d’entre elles ont été abattues à bout portant, selon le rapport d’autopsie des autorités turques révélé samedi par un journal britannique.

Yalcin Buyuk, le vice-président du Conseil turc de médecine légale, qui a réalisé l’autopsie vendredi à la demande du ministère turc de la Justice, a déclaré au « Guardian » que les neuf victimes ont été atteintes par 30 balles, en majorité de calibre 9mm et tirées à faible distance.

Un homme de 60 ans aurait été atteint à la tempe, la poitrine, la hanche et au dos, alors qu’un ressortissant turco-américain a été touché par cinq balles tirées à bout portant contre le visage, l’arrière du crâne, le dos et deux fois la jambe, selon le journal britannique. Deux autres hommes ont essuyé quatre balles et cinq des corps présentaient des impacts dans le dos ou l’arrière de la tête, selon M. Buyuk. Un seul corps ne présente qu’un unique impact de balle, tirée d’une certaine distance. En plein front.

Ce rapport d’autopsie confirme donc, s’il en était besoin, que la thèse israélienne – par ailleurs et en tout état de cause totalement irrecevable, puisque bien évidemment des pirates qui prennent d’assaut un narive en haute mer, de nuit, ne peuvent invoquer la légitime défense – selon laquelle ses pauvres petits commandos pacifiques ont été sauvagement agressés par les passagers du bateau relève du plus grossier des mensonges.

Les impacts constatés dans le dos des victimes ne « cadre » évidemment pas avec la thèse des agresseurs, et les nombreux impacts dans la tête démontrent l’intention homicide sans doute possible.

En plus des 9 morts « officiels » et des 48 persones blessées par balles, a rappelé, Yalcin Buyuk, il y a toujours six personnes disparues. Le bilan répété à l’envi par tous les média est donc fortement sujet

LES VICTIMES DES PIRATES ONT UN NOM ET UN VISAGE :

A_Bilgen Ibrahim Bilgen, 61 ans, ingénieur électricien originaire de Siirt. Membre de l’association des ingénieurs électriciens de Turquie. Marié, six enfants.
B_Bengi Ali Haydar Bengi, 39ans, de Diyarbakir. Diplômé de l’université Al-Azhar du Caire (faculté de littérature arabe). Marié, quatre enfants.
C_Kiliclar Cevdet Kiliçlar, 38 ans, de Kayseri. Journaliste avant de devenir travailleur humanitaire avec Humanitarian Relief Foundation (IHH). Marié, deux enfants.
D_Topçuoglu Çetin Topçuoglu, 54 ans, d’Adana. Ancien footballeur amateur et champion de taekwondo qui a entraîné l’équipe nationale turque de taekwondo. Marié, un fils.
E_Yildirim Necdet Yildirim, 32 ans, un travailleur humanitaire d’IHH originaire de Malatya. Marié, une fille de trois ans
F_Yaldiz Fahri Yaldiz, 43 ans, pompier qui travaillait pour la municipalité d’Ayidanam. Marié, quatre enfants.
G_Songür Cengiz Songür, 47 ans, d’Izmir. Marié, sept enfants.
H_Cengiz Cengiz Akyüz, 41 ans, d’Iskenderun. Marié, trois enfants âgés de 14, 12 et 9 ans.
I_Dogan Furkan Dogan, 19 ans, étudiant à Kayseri; il envisageait de devenir médecin. Fils du Dr Ahmet Dogan, professeur associé à l’université Erciyes. Double nationalité turque et américaine, membre d’une fratrie de trois enfants.

(d’après http://mounadil.blogspot.com/2010/06/portrait-rapide-des-neuf-victimes.html)

Print Friendly, PDF & Email